« La paix en République centrafricaine est en jeu » averti la Coordonnatrice humanitaire dans le pays

Écouter /

La Coordonnatrice résidente en République centrafricaine, Najat Rochdi, à Genève. Photo : OCHA

La communauté internationale doit se rallier d’urgence derrière la communauté humanitaire qui s’efforce d’assister des milliers de civils en République centrafricaine, a annoncé aujourd’hui la Coordonnatrice humanitaire dans le pays lors d’une réunion d’information aux États membres de l’ONU à Genève.

« La fréquence et la brutalité des attaques à Bangassou, Bria, Alindao et d'autres localités ont atteint des niveaux qui n'avaient pas été enregistrés depuis août 2014, » a déclaré Najat Rochdi, Coordonnatrice humanitaire et Coordonnatrice résidente des Nations Unies en République centrafricaine. « Il existe des signes profondément inquiétants de manipulation de la religion visant à déclencher la dernière vague d’attaques qui a secoué le pays. Il faut rapidement saisir ce qui pourrait présenter la dernière occasion d’empêcher une nouvelle escalade de la crise ».

De nouveaux foyers de violence ont émergé à travers le pays et d'atroces crimes intercommunautaires divisent et éparpillent le tissu social du pays. Au cours des deux dernières semaines, plus de 100 000 personnes ont été nouvellement déplacées. Dans la ville de Bria, au centre, la violence qui a éclaté à la mi-mai a déraciné plus de 40 000 personnes. En attaquant la ville de Bangassou, au sud-est, où la coexistence pacifique a résisté à tous les épisodes violents précédents, les groupes armés ont attaqué un symbole de cohésion sociale. Les combats ont tué plus de 100 personnes et contraint des milliers à fuir leur maison.

« Les communautés déplacées par ce regain de violence ont cherché refuge dans des zones que nous pouvons difficilement atteindre. Les acteurs humanitaires font face à des défis logistiques et de sécurité, aggravés par des déficits de financement, » a déclaré Najat Rochdi. « À moins que les acteurs humanitaires ne disposent de moyens suffisants, des dizaines de milliers de personnes parmi les plus vulnérables seront exclues de l’aide, plusieurs d'entre elles seront tuées, et des zones entières du pays se retrouveront abandonnées ».

La recrudescence de la violence a engendré un accroissement considérable du nombre de déplacés à l'intérieur du pays, comptabilisant aujourd'hui plus de 500 000 personnes pour la première fois depuis 2014. Un nombre presqu'autant élevé de personnes a trouvé refuge dans les pays voisins. Au total, aujourd'hui, plus d’une famille sur cinq a été obligée de quitter leur maison.

« Cette nouvelle escalade survient à un moment où les communautés en République centrafricaine ont désespérément besoin de relèvement et de reconstruction. Cette crise de plus en plus aigüe nécessite un engagement fort de tous les partenaires, » a déclaré Najat Rochdi. « Ce n’est pas le moment de laisser tomber la population de la République centrafricaine. Ce n'est pas le moment de renoncer à la paix ».

Les nouvelles urgences augmentent les besoins déjà immenses en assistance humanitaire, découlant d’une crise de quatre ans et aggravés par le manque d’infrastructures et de développement de nombreuses régions du pays.

En République centrafricaine aujourd’hui, près d’une personne sur deux dépend de l’aide humanitaire pour survivre, un rapport parmi les plus élevés au monde. Près de la moitié de la population est confrontée à l'insécurité alimentaire. Le plan de réponse humanitaire pour 2017 qui s'élève à 399,5 millions de dollars n’a jusqu’à présent reçu que 25% de financement.

 

(Extrait sonore : Najat Rochdi, Coordonnatrice humanitaire et Coordonnatrice résidente des Nations Unies en République centrafricaine)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...