Pourparlers sur Chypre : l'ONU qualifie d'« occasion unique » ces discussions à Crans-Montana

Écouter /

M. Espen Barthe Eide, Conseiller spécial du Secrétaire général pour Chypre lors d’un point de presse au Palais des Nations à Genève (photo: ONU/J. M. Ferré)

Les négociations entre les dirigeants chypriotes grec et turc pour la réunification de l'île reprendront dès mercredi dans la station valaisanne. Après Genève en janvier, ils doivent se pencher dès demain à Crans-Montana (VS) sur les six chapitres de ces discussions.

Sous l'égide de l'ONU  et la avec la présence des puissances garantes (Turquie, Grèce et Royaume-Uni), ces discussions permettront d'avancer sur la réunification de l'île divisée depuis plus de 40 ans.  Le Conseiller spécial du Secrétaire général de l'ONU pour Chypre a ainsi évoqué une «opportunité historique». Mais Espen Barth Eide admet lui-même que les discussions «ne vont pas être faciles».

Le président chypriote Nicos Anastasiades et le dirigeant chypriote turc Mustafa Akinci doivent se retrouver demain mercredi à Crans-Montana pour relancer les négociations sous l'égide des Nations Unies. Et le Conseiller spécial du Secrétaire général de l'ONU pour Chypre qualifie d'ailleurs ces nouveaux pourparlers sur la réunification chypriote comme « une occasion unique ». Au cours d'un point de presse ce mardi à Genève, Espen Barth Eide soutient qu'après toutes ces décennies de division, c'est possible de trouver une solution.  Mais d'ici là, il admet qu'il aura de longues journées et un travail difficile sans garantie de succès.

Dans cette station alpine de Crans-Montana où vont se dérouler les discussions, l'ONU poursuivra les discussions sur les six chapitres de discussion, notamment le partage du pouvoir dans le futur Etat, les droits de propriété, l'économie, les relations avec l'Union Européenne et la répartition territoriale. Sur ce dernier chapitre, M. Eide a rappelé que « des progrès sans précédent » avaient été faits lors du round de janvier grâce à l'échange de cartes du futur Etat unifié conservées par l'ONU.  Reste enfin l'épineux sixième chapitre sur la sécurité du futur Etat fédéral, dossier sur lequel, les deux parties ont pour le moment des positions opposées.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...