Méditerranée: au moins 129 migrants disparus après un naufrage (HCR)

Écouter /

Le 17 mai 2016, 350 migrants et réfugiés arrivent au port de Messine en Sicile, après avoir été secourus en Méditerranée (Photo d”archives: HCR / Patrick Russo).

Nouveau drame en Méditerranée : environ 130 migrants sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation de fortune au large de la Libye.

Le premier incident et qui reste le plus meurtrier selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), reste ce canot pneumatique qui a fait naufrage le 15 juin dernier en Libye avec à son bord quelque 133 migrants. Seuls quatre ressortissants soudanais et nigérians ont pu être sauvés et 129 personnes sont encore portées disparues.

Le deuxième drame impliquait hier un bateau transportant au moins 85 personnes qui a éclaté en deux avant de couler. Les gens qui ont assisté au naufrage disent que le bateau faisait partie des trois embarcations qui ont quitté la Libye dans la soirée du 15 juin. « Il y avait beaucoup de familles avec des enfants à bord. Parmi les réfugiés et migrants portés disparus, figurent des Syriens et des ressortissants de pays d'Afrique du Nord », a déclaré une porte-parole du HCR lors d'un point de presse ce mardi à Genève.

A la suite d'un troisième naufrage, sept autres personnes seraient mortes ou manquantes. Selon les témoignages de survivants débarqués hier à Messine, en Sicile, leur bateau a quitté la Libye le 14 juin. Une femme enceinte camerounaise aurait perdu son mari durant le naufrage.

En cette Journée Mondiale des Réfugiés célébrée ce mardi 20 juin, le HCR note que ces incidents rappellent les graves dangers auxquels les gens sont confrontés lorsqu'ils sont forcés de fuir leurs pays en raison de la guerre et de la persécution. « Depuis le début de l'année, plus de 77.000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, un voyage périlleux considéré sur l'un des routes les plus dangereuses du monde et un voyage que personne ne prend à la légère », a indiqué la porte-parole du HCR.

Selon Cécile Pouilly, plus de 2.000 personnes ont trouvé la mort depuis janvier 2017 en cherchant à traverser la Méditerranée en quête d'un avenir meilleur.

Face à cette succession de drames en Méditerranée, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés a réitéré son appel pour la mise en œuvre d'alternatives crédibles à ces traversées dangereuses pour les personnes ayant besoin d'une protection internationale, y compris des voies accessibles et sûres pour rejoindre l'Europe, comme le regroupement familial, la réinstallation et le parrainage privé.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...