L'ONU appelle à renforcer le contrôle de technologies sophistiquées pouvant être utilisées à des fins terroristes

Écouter /

Débat du Conseil de sécurité sur la non-prolifération des armes de destruction massive (Crédit : photo ONU/Evan Schneider)

La communauté internationale doit renforcer ses efforts pour éviter à tout prix le scénario désastreux d’un terrorisme de destruction massive. Tel est l’avertissement lancé mercredi par la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Haut-Représentante pour les affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu, devant le Conseil de sécurité.

Pour Mme Nakamitsu, le risque de voir des acteurs non étatiques, y compris des terroristes, acquérir, mettre au point, fabriquer et utiliser des armes nucléaires, chimiques et biologiques, demeure une grave menace pour la paix et la sécurité internationales.

Depuis son adoption en 2004, la résolution 1540 a joué un rôle essentiel pour éviter ce scénario catastrophe et des progrès importants ont été réalisés ces dernières années par les États membres pour réduire la prolifération. Néanmoins, des menaces de plus en plus sophistiquées sont observées, a ajouté la Secrétaire générale adjointe.

Mme Nakamitsu a relevé le lien croissant entre nouvelles technologies et armes de destruction massive. La mondialisation facilite en effet la circulation rapide des dernières découvertes en matière de sciences et de technologies, qui peuvent être utilisées par les terroristes. Des technologies qui étaient autrefois considérées comme le domaine réservé d’experts militaires sont ainsi désormais accessibles à nombre de personnes, y compris mal intentionnées.

La Secrétaire générale adjointe a cité les exemples des « réseaux noirs » anonymes ou encore la technologie des imprimantes 3D. Les matériaux dits à double usage compliquent encore la situation. Pour Mme Nakamitsu, il faut donc établir un équilibre approprié entre perspectives commerciales et sécurité collective.

Enfin, l’apparition des réseaux de plus en plus complexes permet de mieux dissimuler les trafics ; il faut donc mieux coopérer sur le plan international et, si ces armes devaient être utilisées, faire en sorte de poursuivre et de juger les responsables.

Tous les États Membres devraient renforcer encore le contrôle des exportations et s’attacher à prévenir le financement de la prolifération des armes de destruction massive, a insisté Mme Nakamitsu, réaffirmant que les Nations Unies étaient déterminées à apporter leur soutien aux efforts des États.

Joseph Ballard, du Bureau de la stratégie et des politiques à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), a souligné la menace croissante que représentent les acteurs non étatiques, le rythme du développement économique et l’évolution de la science et de la technologie, des facteurs qui influent sur l’avenir du désarmement mondial et des régimes de non-prolifération.

« Nous devons être préparés à répondre à ces changements, en nous concentrant sur la prévention d’une nouvelle utilisation des armes chimiques et en ajustant nos ressources et nos programmes aux besoins lorsqu’ils se font sentir », a-t-il recommandé. Il a aussi appelé la communauté internationale à travailler de façon encore plus étroite pour faire face à ces difficultés.

Empêcher les acteurs non étatiques d’acquérir du matériel des équipements et des technologies est d’une importance cruciale, a poursuivi M. Ballard.

Lors de ce débat-marathon, les quinze États membres du Conseil ont également pris la parole. Nombre d'orateurs ont eux-aussi insisté sur la nécessité de renforcer le système préventif afin d'éviter toute catastrophe résultant du recours aux armes nucléaires, chimiques ou biologiques par des acteurs non étatiques, en particulier les terroristes. Pour sa part, le Représentant permanent du Sénégal, Fodé Seck, a réitéré la disponibilité et l'engagement indéfectible de son pays à ne ménager aucun effort pour lutter contre prolifération des armes de destruction massive.

(Extrait sonore : Fodé Seck, Représentant permanent du Sénégal auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...