Les politiques contre le terrorisme doivent respecter les droits de l’homme, souligne António Guterres au Turkmenistan

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, devant la presse. Photo ONU/Manuel Elias

Les politiques contre l'extrémisme violent doivent “être fortes mais intelligentes”, a affirmé mardi le Secrétaire général des Nations Unies, intervenant au Dialogue de haut niveau sur la mise en œuvre de la Stratégie mondiale antiterroriste des Nations Unies en Asie centrale, qui s'est tenu au Turkménistan.

« Alors que la menace de l’extrémisme violent se développe autour du monde, il est essentiel de veiller à ce que les mesures visant à empêcher ou à freiner l’extrémisme violent ne produisent pas l'effet inverse », a déclaré António Guterres, ajoutant « Les politiques qui limitent les droits de l’homme finissent par aliéner les communautés religieuses et ethniques, qui seraient normalement intéressés à combattre l’extrémisme ».

Le chef de l'ONU a ainsi jugé « absolument essentiel de veiller à ce que les initiatives visant à prévenir et à réduire les tendances extrémistes violentes soient pleinement conformes aux normes internationales relatives aux droits de l’homme ».

De plus ces efforts doivent, selon lui, inclure tous les segments de la société, et notamment ceux qui ont été victimes de discrimination et de marginalisation.

Aussi António Guterres a estimé que d'avoir une société civile active, inclusive, dynamique et gratuite est une pierre angulaire essentielle d’une réponse globale, et a souligné l'importance du respect des droits de la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique dans cette région dans la lutte contre la menace que pose l’extrémisme violent.

« La reconnaissance et respect de la dignité et des droits des personnes – y compris leurs frustrations et leurs opinions critiques – aide à combattre l’extrémisme, en construisant une cohésion sociale et un sens du bien commun » a affirmé le Secrétaire général, avant d'ajouter « Dans un environnement participatif, la société civile est un partenaire de l’État ».

Le Secrétaire général de l'ONU effectue une tournée de plusieurs pays d’Asie centrale. La semaine dernière il s'est rendu au Kirghizistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan.

 

(Extrait sonore : António Guterres, Secrétaire général de l'ONU)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...