La FAO franchit un cap important dans sa campagne de prévention contre la famine en Somalie

Écouter /

La campagne de protection du bétail est essentielle pour les éleveurs vulnérables qui dépendent de leurs animaux pour survivre. Photo: ©FAO/Karel Prinsloo

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est brillamment illustrée avec une campagne de grande ampleur qui, jusqu’à présent, a traité plus de 12 millions de têtes de bétail en moins de trois mois et contribue à protéger les moyens d’existence de centaines de milliers de familles dépendant de la viande et du lait de ce bétail pour leur survie.

D’ici à la mi-juillet, la FAO aura traité 22 millions d’animaux, une initiative qui devrait profiter à plus 3 millions de personnes.

«Sauver des animaux, sauve des vies humaines et des moyens d’existence. Lorsque les animaux sont affaiblis par la sécheresse, ils ne produisent plus de lait ou meurent, ce qui signifie que les populations seront confrontées à la faim et que les familles seront obligées de se débrouiller par elles-mêmes», a déclaré M. Richard Trenchard, Représentant de la FAO en Somalie.

En Somalie, près de 3,2 millions de personnes risquent de connaître des souffrances liées à la faim. La majorité d’entre elles vivent dans des zones rurales et le bétail, notamment les chèvres, les chameaux, les moutons ou encore les bœufs, représente leur principal source de nourriture et de revenus.

«Ce que nous n’arrêtons pas d’entendre de la bouche des personnes dans les camps de déplacés internes c 'est que, lorsqu’ils ont perdu leurs animaux, tout s’est effondré. Le chemin pour se relever est long et ardu. Nous avons renforcé notre intervention afin d’atteindre les familles avant que cela n’arrive», a indiqué M. Richard Trenchard, ajoutant que «les moyens d’existence représentaient leurs meilleures défenses contre la famine».

La FAO a déployé 150 équipes de vétérinaires à travers la Somalie afin de traiter des chèvres et des moutons, ainsi que des bœufs et des chameaux, soit jusqu’à 270 000 animaux par jour. Les équipes sont composées de vétérinaires professionnels somaliens.

Le bétail sévèrement affecté par le manque de nourriture et d’eau est plus sensible aux maladies et aux parasites mais est trop faible pour supporter une vaccination. Dans le cadre d’un programme d’intervention intégré visant à améliorer les conditions du bétail, les animaux ont été traités avec des boosters multivitaminés, des médicaments qui vont tuer les parasites internes et externes, un vermifuge et d’autres traitements destinés à lutter contre les infections respiratoires.

Les soins simples et rentables fournis par les équipes de vétérinaires de la FAO aident à renforcer la capacité des animaux à faire face aux chocs et à rester en vie et productifs.

La campagne d’aide au bétail, organisée par la FAO en Somalie, a été rendue possible essentiellement grâce au financement du Département du développement international du Royaume-Uni (DFID), aux contributions du Département canadien des Affaires étrangères, du commerce et du développement (DFATD) et à celles du Fonds central d’intervention d’urgence des Nations Unies (CERF). La FAO a également mobilisé une partie de ses propres ressources pour consolider ces efforts.

A travers son Plan d’intervention pour prévenir la famine et faire face à la sécheresse, la FAO apporte son aide en vue d’empêcher une famine en Somalie, une opération stratégique de grande envergure. En plus des traitements dédiés au bétail, il s’agit de donner aux familles rurales de l’argent pour leurs dépenses alimentaires, d’aider les communautés à reconstruire les infrastructures agricoles et de donner aux agriculteurs des bons pour se procurer des semences locales et emprunter des tracteurs qui leur permettront de réduire leur charge de travail.

(Mise en perspective ; Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...