Indice mondial de l'innovation : la Suisse, la Suède, les Pays Bas, les États-Unis et le Royaume-Uni en tête du classement annuel

Écouter /

L'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a publié ce jeudi à Genève son classement annuel, distinguant pour la septième année consécutive la Suisse. Dans son indice annuel publié jeudi à Genève, seule la Chine n'est pas un pays développé parmi les 25 premiers. Au total, des dizaines d'indicateurs de près de 130 pays sont passés au crible, des demandes de brevet aux dépenses dans l'éducation. Les écarts entre pays développés et en développement continuent de s'étendre et 15 des 25 premiers se trouvent en Europe.

 

La Suisse, la Suède, les Pays Bas, les États-Unis d'Amérique et le Royaume-Uni sont les pays les plus innovants du monde, tandis qu'un groupe de pays comprenant l'Inde, le Kenya et le Viet Nam devancent les autres pays au niveau de développement équivalent, selon l'édition 2017 de l'Indice mondial de l'innovation publiée conjointement par l'Université Cornell et l'INSEAD et l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

Les principales conclusions indiquent que l'Inde s'est développée en tant que centre d'innovation émergeant en Asie, que l'Afrique subsaharienne a enregistré de très bons résultats en termes d'innovation au service du développement et que l'Amérique latine et les Caraïbes auront l'occasion d'améliorer leur capacité en matière d'innovation.

«L'innovation est le moteur de la croissance économique», souligne une nouvelle fois le directeur général de l'OMPI Francis Gurry. Elle doit permettre de basculer de «la reprise» économique à une «croissance à long terme». Et M. Gurry d'appeler encore à davantage d'investissements. Au total, 17 pays sont plus innovants qu'attendu par rapport à leur niveau de développement.

Les économies à revenu élevé occupent 24 des 25 plus hauts lieux de l'innovation principaux, la Chine faisant exception au 22e rang.  En 2016, la Chine était la première des économies à revenu intermédiaire à figurer parmi les 25 premières économies du classement.

À côté des grands pôles de l'innovation tels que la Chine, le Japon et la République de Corée, un groupe d'économies d'Asie comprenant l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam travaille sans relâche à l'amélioration de l'écosystème d'innovation et affiche de très bons résultats dans un certain nombre d'indicateurs importants relatifs à l'éducation, la R-D, la croissance de la productivité et les exportations de technologies de pointe, entre autres.

L'Afrique subsaharienne affiche ses meilleurs résultats au niveau des institutions et du perfectionnement des marchés, où des économies telles que Maurice, le Botswana, l'Afrique du Sud, la Namibie, le Rwanda et le Burkina Faso obtiennent des résultats identiques ou supérieurs à certains autres pays au niveau de développement équivalent en Europe et en Asie du Sud-Est, Asie de l'Est et Océanie. Selon le rapport, depuis 2012, l'Afrique subsaharienne compte plus de pays dans le groupe des bons élèves en matière d'innovation que n'importe quelle autre région.  Le Kenya, le Rwanda, le Mozambique, l'Ouganda, le Malawi, Madagascar et le Sénégal se démarquent en figurant parmi les pays les plus innovants cette année et à plusieurs reprises au cours des années précédentes.  Le Burundi et la République-Unie de Tanzanie rejoignent cette année les bons élèves en matière d'innovation.  Il s'agit à présent de préserver cette dynamique et de continuer de s'en inspirer en Afrique subsaharienne.

Il faut juste rappeler que l'édition 2017 de l'Indice mondial de l'innovation représente la moyenne de deux sous-indices.  Ainsi, le sous-indice des intrants en matière d'innovation permet d'évaluer des éléments de l'économie nationale favorisant des activités innovantes autour de cinq piliers : les institutions, le capital humain et la recherche, l'infrastructure, le perfectionnement des marchés et le perfectionnement des entreprises.  Le sous-indice des extrants rend compte des preuves manifestes de l'innovation en s'appuyant sur deux piliers : les résultats liés au savoir et à la technologie et enfin la créativité.

(Interview : Bruno Lanvin, Directeur exécutif chargé des indices mondiaux à l'Institut européen d'administration des affaires /INSEAD ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...