Afghanistan: visite du chef de l'ONU en solidarité avec la population qui souffre du conflit

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU António Guterres en visite en Afghanistan. Photo MANUA/Fardin Waezi

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a effectué mercredi une visite surprise en Afghanistan, au cours de laquelle il a notamment rencontré des personnes déplacées, ainsi que le Président afghan Ashraf Ghani et le chef de l’exécutif Abdullah Abdullah.

L’objectif de cette visite était notamment de montrer la solidarité des Nations Unies avec l’Afghanistan en une période de violences et de souffrances.

« Comme je l’ai toujours fait lorsque j’étais Haut-commissaire pour les réfugiés, j’ai l’intention chaque année de faire une visite de solidarité auprès de communautés musulmanes pendant le Ramadan. Et c’est ma visite de solidarité auprès du peuple afghan qui souffre tellement », a déclaré António Guterres lors d’un point de presse.

« Et par respect pour la religion du peuple afghan, des communautés musulmanes du monde entier, aujourd’hui je fais le jeûne pour exprimer ma profonde solidarité », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a commencé sa visite en Afghanistan en parlant à des hommes et des femmes de la province de Kapisa qui vivent maintenant dans un camp situé à la périphérie de la capitale Kaboul.

Ils lui ont dit que la sécurité était la condition préalable pour leur retour dans leur province d’origine et que l’éducation, y compris pour les femmes et les filles, du primaire à la formation professionnelle, était essentielle. Ils ont également souligné leur besoin de soins médicaux.

« Ces personnes ont dû fuir vers Kaboul, laissant tout derrière elles, des membres de leur famille tués, leurs maisons détruites. Elles ont besoin d’une plus grande solidarité de la part de la communauté internationale », a dit António Guterres.

« De toute évidence, la paix est la solution à leur problème, et la communauté internationale, les pays voisins, tous ceux qui sont liés à la crise afghane doivent se réunir et comprendre qu’il s’agit d’une guerre qui n’a pas de solution militaire, que nous devons trouver une solution politique », a-t-il ajouté.

« Il faut arriver à la paix. Mais en attendant, nous ne pouvons pas laisser ces gens seuls. Nous ne pouvons pas laisser ces gens souffrir. Nous devons augmenter le niveau d’aide humanitaire et nous devons créer les conditions pour qu’ils puissent vivre dans la dignité », a encore dit António Guterres.

(Extrait sonore : António Guterres, Secrétaire général de l’ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...