65,6 millions de personnes ont fui des conflits dans le monde, un nouveau record

Écouter /

La réfugiée sud-soudanaise Nyawett, accompagnée de 10 enfants, peu après avoir rejoint le camp de Gure Shombola, en Ethiopie (photo : HCR / Diana Diaz)

Les personnes déracinées dans le monde sont toujours plus nombreuses. Selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), la moitié d'entre elles sont mineures. Le nombre de réfugiés et de déplacés dans le monde a ainsi augmenté de 300.000 en 2016 pour atteindre 65,6 millions de personnes. Le Haut-Commissaire pour les réfugiés tire donc la sonnette d'alarme concernant notamment le conflit syrien et la situation au Soudan du Sud.

Le nombre de déracinés dans le monde suite aux conflits a atteint un nouveau record de 65,6 millions en 2016, selon les chiffres publiés ce lundi à Genève par le HCR. Une hausse moins importante qu'en 2015. La progression enregistrée en 2016 (+300.000 personnes) est bien moindre que le bond de 2015 (+5,8 millions), selon le rapport annuel du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Le chiffre global n'est qu'en « légère augmentation », mais « quel que soit l'angle sous lequel on l'examine, ce chiffre est inacceptable », estime le Haut-Commissaire pour les réfugiés. Filippo Grandi estime qu'avec ces 65,6 millions de déracinés, cela représente en moyenne une personne sur 113 qui vit déracinée aujourd'hui dans le monde — soit une population plus importante que celle du Royaume-Uni, placé en 21e position parmi ceux les plus peuplés au monde.

Concernant les réfugiés, le conflit en Syrie continue de générer le plus grand nombre de réfugiés (5,5 millions au total), avec près de 825.000 nouveaux enregistrements en 2016. Mais en 2016, c'est le Soudan du Sud qui a constitué le nouveau facteur prépondérant, car la rupture catastrophique des efforts de paix en juillet a engendré le départ de 737.400 personnes avant la fin de l'année et ce chiffre a continué d'augmenter au cours du premier semestre 2017.

Par ailleurs, la première composante des déracinés dans le monde concerne le déplacement interne de personnes au sein de leur propre pays, dont le nombre a atteint 40,3 millions à la fin 2016 comparé aux 40,8 millions un an plus tôt. La Syrie, l'Iraq et la Colombie ont représenté les principaux foyers des déplacements internes.

Au cours de la même période, le nombre total de demandeurs d'asile dans le monde était de 2,8 millions, soit quelque 400.000 de moins qu'au cours de l'année précédente.

Parmi les principales constatations du rapport, le HCR note que les enfants représentent la moitié de la population mondiale de réfugiés. De façon tragique, 75 000 demandes d'asile proviennent d'enfants voyageant seuls ou qui ont été séparés de leurs parents. On peut toutefois lire dans le rapport que ce chiffre sous-estime probablement la réalité.

Autres enseignements de ce document du HCR, 84 pour cent d'entre eux, se trouvaient dans des pays en développement ou à revenu moyen, et une personne sur trois (soit 4,9 millions de personnes) était accueillie dans les pays les moins développés. « Ce déséquilibre considérable est le reflet de plusieurs facteurs, dont notamment l'absence continue de consensus international sur la question de l'accueil de réfugiés, ainsi que de la proximité de nombreux pays pauvres par rapport aux régions de conflits », souligne le HCR.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...