Yémen/Choléra: 242 morts en trois semaines et l'OMS redoute jusqu'à 250.000 cas dans les six mois

Écouter /

Des déplacés originaires de Mokha dans le gouvernorat de Taëz dans un camp de Bayt al Faqih, dans le gouvernorat de Hudaydah (photo : HCR / S. Mantoo)

L'épidémie de choléra au Yémen, pays ravagé par la guerre civile et une grave crise humanitaire, continue de se propager à grande vitesse et a désormais fait 242 morts sur 23.425 cas suspects depuis le 27 avril dernier. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas pourrait même atteindre les 250.000 dans les six prochains mois. Et le prix à payer en termes de vies humaines « sera extrêmement élevé », a déclaré le Représentant  de l'OMS au Yémen, Dr Nevio Zagaria, lors d'un point de presse téléphonique avec la presse ce vendredi à Genève.

 

« La vitesse de recrudescence de cette épidémie de choléra est sans précédent ». Lors d'un point de presse téléphonique, le Représentant de l'OMS au Yémen s'est inquiété de la situation dans ce pays où 3.460 nouveaux cas suspects dont une vingtaine de décès ont été recensés hier jeudi seulement. Selon Dr Nevio Zagaria, 242 morts ont été comptabilisées parmi les 23.425 cas de choléra dénombrés par l'agence des Nations unies depuis le 27 avril. Pour l'OMS, ces cas montrent que l'épidémie de choléra progresse à un rythme « sans précédent » au Yémen et pourrait même atteindre jusqu'à 250.000 cas dans les six mois.

L'épidémie s'étend dans le pays où les installations hospitalières et les conditions d'hygiène se sont détériorées en raison de la guerre entre rebelles houthis et forces loyalistes. L'Agence onusienne note qu'environ le tiers des cas sont dans la capitale, Sanaa. Mais dix-huit des vingt-trois régions sont touchées et environ 50.000 cas ont été observés en quelques mois. Face à cette urgence sanitaire et humanitaire, l'OMS a établi des centres de soins au choléra. Elle va aussi  lancer dans les prochaines 48 heures un plan de réponse d'urgence, notamment afin de multiplier le nombre de centres de traitement et de réhydratation.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève).

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...