Soudan du Sud : l'ONU appuie les efforts pour réduire les tensions communautaires dans les Etats de Jonglei et de Boma

Écouter /

Le chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), David Shearer (assis, à gauche), lors d'un point de presse à Juba, la capitale du pays. Photo: MINUSS

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) soutient les efforts pour réduire les tensions entre les communautés Dinka Bor et Murle dans l’Etat de Jonglei et l’Etat de Boma, a déclaré jeudi le chef de la Mission, David Shearer.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Juba, la capitale du Soudan du Sud, David Shearer a souligné les efforts du gouvernement, en particulier la visite du Premier Vice-Président dans la région. Il a déclaré que la MINUSS était en contact avec les dirigeants de l’Etat de Boma et de l’Etat de Jonglei pour résoudre à l’amiable les tensions liées à des enlèvements d’enfants et à des vols de bovins.

« Nous sommes préoccupés par la détérioration de la situation sécuritaire dans la région de Bor-Pibor entre les jeunes Dinka Bor et les jeunes Murle », a dit M. Shearer.

« Nous avons été en contact avec les communautés ces dernières semaines et nous soutenons les efforts de paix par le gouvernement et le Premier Vice-président pour parler aux deux communautés. Nous avons mis à leur disposition un hélicoptère pour qu’ils puissent se déplacer entre les deux communautés et diminuer la tension dans la région », a-t-il ajouté.

S’agissant d’Aburoc, dans la région du Haut Nil, M. Shearer a déclaré qu’une cinquantaine de travailleurs humanitaires étaient prêts à aider des milliers de civils déplacés en raison de combats récents sur la rive gauche du Nil.

La MINUSS a envoyé des soldats de la paix à Aburoc la semaine dernière pour faciliter l’assistance humanitaire. M. Shearer a déclaré que la situation des personnes déplacées était inquiétante.

« Nous estimons qu’environ 30 à 35, peut-être 40.000 personnes, sont là pour le moment. Nous étions préoccupés la semaine dernière de leur sort et en particulier du manque d’eau propre », a-t-il dit. « C’est pour cette raison que nous avons déployé des Casques bleus dans la région. Cette force de maintien de la paix sera là temporairement pour aider les travailleurs humanitaires à se déplacer ».

(Mise en perspective : Jérôme Bernard)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...