Raids aériens contre Daech : des civils syriens pris entre deux feux

Écouter /

Des civils fuyant une zone contrôlée par Daech à proximité de Raqqa, en Syrie. (archives) Photo UNICEF/Delil Soulaiman

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a invité les forces en présence en Syrie à ne pas confondre cibles militaires et civils, en particulier dans le nord-est du pays. « Le nombre croissant de victimes civiles lors de bombardements aériens à Deir Ezzor et Raqqa suggère que toutes les précautions nécessaires n'ont pas été prises », a indiqué Zeid Ra'ad al Hussein dans un communiqué rendu public ce vendredi à Genève.

Le Chef des droits de l'Homme de l'ONU a exhorté « les forces aériennes de tous les Etats » intervenant en Syrie à mieux distinguer « les civils des cibles militaires », soulignant que les djihadistes sont de leur côté mêlés à la population et les empêchent de fuir. Les services du Haut-Commissaire Zeid se sont inquiétés des effets collatéraux des raids aériens visant le groupe Etat islamique (EI) et qui auraient tué des dizaines de civils en Syrie ces derniers mois.

Lors d'un point de presse ce vendredi à Genève, le porte-parole du Haut-Commissariat a cité le cas survenu le 14 mai dernier lorsque 23 travailleurs agricoles – dont 17 femmes – auraient été tués après des raids aériens sur le village d'Al-Akershi, une zone rurale à l'Est du gouvernorat de Raqqa. Selon Rupert Colville, le lendemain (15 mai), des frappes aériennes ont également visé deux zones résidentielles de la ville d'Albo Kamal. Lors de ce raid dans cette localité contrôlée par Daech et située dans l'est de Deir Ezzor, au moins 59 civils (dont 16 enfants et 12 femmes) auraient été tués et blessés 70 autres.

« Le nombre croissant de civils morts ou blessés lors des raids aériens à Deir Ezzor et Raqqa (fief de l'EI, ndlr) suggère un manque de précaution », a estimé M. Zeid cité dans ce communiqué. « Malheureusement, le monde extérieur accorde une attention insuffisante à la terrible situation des civils piégés dans ces régions » aux mains de l'EI, poursuit-il.

Par ailleurs, le Haut-Commissaire Zeid s'est dit extrêmement préoccupé par des informations indiquant que les djihadistes de l'EI empêchent les civils de fuir les régions sous leur contrôle et dans certains cas, égorgent des personnes qui ont transmis des informations à la coalition. « Des informations, nous provenant des zones telles que la localité frontalière d'Albo Kamal – où les combattants de Daech et leurs familles sont mêlés aux 100.000 habitants dont des déplacés Syriens et Iraquiens – sont particulièrement préoccupantes », a déclaré le Chef des droits de l'homme de l'ONU.

En conclusion, le Haut-Commissariat rappelle que le droit humanitaire international stipule que les parties au conflit doivent prendre les « précautions » nécessaires pour « minimiser » les pertes civiles. Zeid Ra'ad Al Hussein exhorte donc « les forces aériennes de tous les Etats intervenant en Syrie à accorder une plus grande attention à la distinction entre cibles militaires légitimes et civils ».

(Mise en perspective : Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...