Myriam de Beaulieu : l'anglicisation des langues ou l'illusion d'une communication plus facile

Écouter /

Myriam de Beaulieu (à gauche) lauréate du Prix Danica Séleskovitch, lors de la remise du Prix, à l’ESIT, l’École supérieure d’interprètes et de traducteurs (Crédit photo : Myriam de Beaulieu)

Cette semaine, l'invitée d'Escale est Myriam de Beaulieu, interprète aux Nations Unies en cabine française, doctorante en linguistique et auteur du « Glossaire de suggestions pour éviter les anglicismes, calques et traductions littérales de l'anglais en français ».

Myriam de Beaulieu est aussi lauréate du Prix Danitsa Seleskovitch 2016. Lors de la cérémonie de remise du Prix, elle avait axé son discours de remerciement sur le thème « L’anglicisation des langues ou l’illusion d’une communication plus facile : la réduction de la diversité lexicale dessert la pensée et l’expression. »

Pour les auditeurs d'ONU Info, elle revient en détail et en illustrant son propos sur le problème de l'anglicisation des langues facteur d'appauvrissement de la pensée et de l'expression. Elle fait valoir que le maintien de la diversité lexicale et le multilinguisme concernent tout un chacun. Car de nos jours, même un locuteur, unilingue, loin d'un univers multilingue, doit choisir de traduire ou de ne pas traduire des expressions issues de l'anglais international.

Il existe selon elle, une sorte de multilinguisme latent, larvé, à l'insu du locuteur le plus souvent. Il s'agit d'une anglicisation insidieuse loin des instances multilingues, au cœur de pays ou médias unilingues.

Myriam de Beaulieu estime, par ailleurs, que le débat d'idées s'en trouve menacé. Selon elle, les conséquences de l'anglicisation du lexique sont multiples : approximation de l'énoncé, rupture de la transmission lexicale de l'héritage culturel, la diversité culturelle est menacée, la grammaire et la syntaxe sont anglicisées. L'on touche là au mode de pensée inhérent à une langue, donc à la diversité conceptuelle qui constitue l'essence d'une langue.

Interview :

• Myriam de Beaulieu, interprète aux Nations Unies en cabine française, doctorante en linguistique

 

_ Interview, production et présentation : Jérôme Longué

_ Ingénieur du son : Carlos Macias

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...