La croissance mondiale se renforce mais de nombreux pays sont à la traîne, selon l'ONU

Écouter /

Des ouvriers d'un chantier de construction dans la province de Binh Thuan, au Viet Nam. Photo OIT/Nguyen Viet Thanh

La croissance de l’économie mondiale a repris au cours des six derniers mois conformément aux attentes, mais dans de nombreuses régions, elle reste inférieure aux niveaux nécessaires à des progrès rapides vers la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), selon un rapport de l’ONU publié mardi.

Intitulé ‘Situation et perspectives de l’économie mondiale à la mi-2017′, le rapport identifie une reprise provisoire dans la production industrielle mondiale, ainsi que la relance du commerce mondial, principalement en raison d’une hausse des demandes d’importations en provenance d’Asie de l’Est

Le produit brut mondial devrait augmenter de 2,7% en 2017 et de 2,9% en 2018 – des prévisions inchangées par rapport à celles annoncées par les Nations Unies en janvier mais qui marque une accélération notable par rapport au 2,3% de 2016.

S’exprimant sur le rapport, le Sous-Secrétaire général pour le développement économique au sein du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (DESA), Lenni Montiel, a souligné la « nécessité de redynamiser les engagements mondiaux en matière de coordination politique internationale pour réaliser un renouveau équilibré et durable de la croissance économique, en veillant à ce qu’aucune région ne soit laissée pour compte ».

Selon le rapport, l’appui à la reprise économique mondiale signifie une croissance plus forte dans de nombreuses économies développées et dans les économies en transition, l’Asie de l’Est et l’Asie du Sud restant les régions les plus dynamiques au monde. Cependant, la reprise économique en Amérique du Sud émerge plus lentement que prévu et le produit intérieur brut (PIB) par habitant diminue ou stagne dans plusieurs régions d’Afrique.

Les prévisions pour la croissance du PIB dans certains des pays les moins avancés (PMA) ont été revues à la baisse. Depuis janvier, la croissance du groupe dans son ensemble devrait rester bien en deçà de la cible d’au moins 7% des ODD. Le rapport note que, selon la trajectoire actuelle de croissance et en supposant qu’il n’y ait pas de baisse de l’inégalité des revenus, près de 35% de la population des PMA pourraient rester dans l’extrême pauvreté d’ici 2030. Des efforts politiques supplémentaires sont nécessaires pour favoriser un environnement qui accélérera la croissance à moyen terme et luttera contre la pauvreté grâce à des politiques qui traitent des inégalités de revenus et d’opportunités.

Le rapport souligne une combinaison de politiques à court terme pour soutenir la consommation parmi les plus démunis ainsi que des politiques à plus long terme, telles que l’amélioration de l’accès aux soins de santé et à l’éducation et l’investissement dans les infrastructures en zones rurales.

Le rapport indique que la dynamique de l’inflation dans les économies développées a atteint un tournant et que les risques de déflation prolongée se sont largement dissipés. En revanche, les pressions inflationnistes ont diminué dans beaucoup de marchés émergents importants, permettant de baisser les taux d’intérêt.

(Mise en perspective : Pascal Sim)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...