Journée des Casques bleus: un investissement pour la paix, la sécurité et la prospérité mondiales

Écouter /

Une patrouille de Casques bleus de la MONUSCO au Nord-Kivu (Photo : MONUSCO/Myriam Asmani)

D'El Salvador à la Namibie, du Mozambique au Cambodge, les opérations de maintien de la paix ont permis de sauver et d'améliorer de nombreuses vies au cours de ces soixante-dix dernières années et a de nombreuses familles ravagées par la guerre de recommencer leur vie, a affirmé le Secrétaire général à l'occasion de la Journée internationale des Casques bleus

« Des études indépendantes ont montré l'intérêt des opérations de maintien de la paix : elles empêchent la violence de se propager et réduisent de 90 % le nombre de civils tués par rapport à la période avant leur déploiement » a précisé António Guterres dans un article d'opinion publié dans le journal The Boston Globe.

A ce jour cinquante-quatre missions ont achevé leur mandat et mis fin à leurs activités; deux autres missions au Libéria et en Côte d'Ivoire vont suivre dans les mois à venir.

Le chef de l'ONU a également affirmé que les opérations de maintien de la paix onusien ont un bon rapport cout efficacité. Selon des études menées aux Etats-Unis, elles seraient environ 8 fois plus efficaces par rapport à leurs coûts que les opérations menées unilatéralement par ce pays. Aussi Le budget de maintien de la paix de l'ONU est inférieur à 0,5 % des dépenses militaires mondiales, et il est réparti entre tous les 193 États Membres.

Les opérations de maintien de la paix sont un investissement pour la paix, la sécurité et la prospérité mondiales. Elles sont en première ligne des efforts déployés pour prévenir l'apparition de zones de non-droit, où l'insécurité, la criminalité transnationale et l'extrémisme peuvent prospérer et donner lieu au terrorisme.

António Guterres a deploré que les missions soient de plus en plus prises pour cible par les parties au conflit et les extrémistes violents, et qu’elles manquent souvent des moyens pour mener à bien leur mandat .  Il a appelé à et entreprendre une réforme stratégique et à les adapter aux environnements difficiles et dangereux dans lesquels elles interviennent .

Aussi le chef de l'ONU a regretté que l'image des Casque bleus soit ternie par les cas terribles d'exploitation et d'atteintes sexuelles. Il a rappelé qu'il avait mis en avant un plan qui vise à mettre fin à l'impunité et prévoit des défenseurs des droits des victimes dans nos missions de maintien de la paix et au Siège de l'ONU, qu'il entend mobiliser les dirigeants du monde entier autour de ces mesures essentielles.

Les Casques bleus des Nations Unies mettent chaque jour leur vie en danger, face à des groupes armés qui s'entretuent ou s'en prennent aux civils, a affirme le Secrétaire général, donnant l'exemple des missions actuelles en République centrafricaine et au Soudan du Sud.

Les Casques bleus des Nations Unies sont l'un des moyens par lesquels l'Organisation répond à la demande mondiale de sûreté et de sécurité, qui permettrait a tout un chacun d'élever leurs enfants dans la paix et leur donner une éducation ainsi que des perspectives d'avenir.

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...