Guinée-Bissau : le Conseil de sécurité préoccupé par l'impasse politique

Écouter /

Le Conseil de sécurité discutant de la situation en Guinée-Bissau en août 2016 (archives). Photo ONU/Rick Bajornas

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU se sont dits profondément préoccupés par la poursuite de la crise politique et institutionnelle en Guinée-Bissau en raison de l’incapacité des acteurs politiques à parvenir à une solution durable et consensuelle.

Dans une déclaration à la presse publiée jeudi soir, le Conseil de sécurité a salué les efforts et le leadership de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et s’est félicité de la visite de sa mission ministérielle de haut niveau à Bissau les 23 et 24 avril 2017 dans le but d’évaluer l’état de la mise en œuvre de l’Accord de Conakry, signé en octobre 2016, pour sortir la Guinée Bissau de la crise.

A cet égard, les membres du Conseil ont souligné « la nécessité d’un soutien et d’un engagement continus de la communauté internationale pour soutenir les efforts régionaux en vue de résoudre l’impasse politique ».

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé aux parties prenantes bissau-guinéennes de s’abstenir de mesures susceptibles d’accroître les tensions et d’inciter à la violence et de respecter strictement l’Accord de Conakry et la feuille de route de la CEDEAO.

Ils ont invité le Président José MárioVaz à nommer un Premier ministre dont la sélection respecte les dispositions de l’Accord de Conakry.

En outre, les membres du Conseil se sont dits préoccupés par le sort de la population civile en Guinée Bissau, qui souffre des effets négatifs de la crise politique.

Ils ont appelé les dirigeants bissau-guinéens, y compris le Président, le président du Parlement et les chefs de partis politiques, à respecter leur engagement à ramener la stabilité en engageant un véritable dialogue, notamment sur la révision constitutionnelle, et en trouvant un terrain d’entente pour une résolution rapide de la crise politique.

Le Conseil de sécurité s’est félicité de la non-ingérence des forces de défense et de sécurité dans la situation politique et les a encouragées à continuer de la sorte.

Les membres du Conseil de sécurité se sont enfin déclarés prêts à prendre les mesures nécessaires pour répondre à une aggravation de la situation en Guinée-Bissau.

(Mise en perspective : Jérôme Bernard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...