Conseil de sécurité / Yémen : l'Envoyé spécial tire la sonette d'alarme pour al-Hodeidah

Écouter /

L’Envoyé spécial pour le Yémen, (Photo : ONU /

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, et le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Stephen O’Brien, ont alerté mardi le Conseil de sécurité sur « l’effondrement social, économique et institutionnel » du Yémen.

L’urgence d’un accord pour mettre fin au conflit a été soulignée par tous, ce qui nécessite les efforts des parties mais aussi ceux du Conseil de sécurité qui doit contribuer à la relance des négociations de paix. Mais, de l’avis de l’Envoyé spécial, on est encore loin d’un accord global, du fait de la réticence des parties à faire les concessions nécessaires ou même à en discuter.

L'Envoyé spécial pour le Yémen a rappelé qu'en ce début du mois de Ramadan sept millions de Yéménites courent le risque de famine à moins que le conflit ne se termine; qu'un quart ne peuvent pas se payer de nourriture dans les marchés locaux; et que la moitié de la population n’a pas accès aux services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène. Aussi les appels à la paix lancés par les associations civiles et les femmes « semblent tomber sur des oreilles sourdes ».

Alors que les combats se poursuivent dans plusieurs provinces, « nous avons réussi à éviter une action militaire à Al Hodeidah », a dit Ismail Ould Cheikh Ahmed en insistant sur la nécessité d’atteindre un compromis afin d'éviter une perte dévastatrice de vies humaines et d'infrastructures.

A cet égard, l'Envoyé a mis en exergue la proposition qu’il a faite pour éviter que les affrontements militaires n’atteignent cette ville, qui est le seul point d’entrée maritime de l’aide humanitaire et le port par lequel arrivent 80 à 90% des importations des produits alimentaires de base.

« Ma proposition, qui comprend des éléments de sécurité, économiques et humanitaires, permettrait la poursuite de l’approvisionnement commercial et humanitaire et assurerait la fin de tout détournement de recettes et taxes douanières afin qu’ils puissent être utilisés pour soutenir les salaires et les services plutôt que la guerre ou à des avantages personnel » a précisé Ismail Ould Cheikh Ahmed.

L'Envoyé s'est félicité de la relance de l’aide en espèces aux familles les plus pauvres, qui donneront un coup de pouce vital au pouvoir d’achat des ménages et aideront des millions de Yéménites à préserver leurs enfants de la malnutrition. Les efforts visant à créer un mécanisme de financement du commerce ont egalement été salues par Ismail Ould Cheikh Ahmed.

« Ces mécanismes permettront aux importateurs d’accéder à la monnaie forte pour payer les importations et assurer la disponibilité continue des produits clés dans les marchés yéménites et empêchera la dégradation des chaînes d’approvisionnement, ce qui permettra une reprise économique plus rapide à long terme » a-t-il précisé devant les quinze.

Les perspectives de redressement économique et de stabilité sont encore lointaines, a-t-il prédit avant de prévenir que tant que les groupes terroristes seront présents dans le pays, la population souffrira de l’absence de stabilité, des rares opportunités économiques et de l’absence d’état de droit.

 

 

(Extrait sonore: Ismail Ould Cheikh Ahmed , Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...