Une hausse majeure des investissements dans l'eau et l'assainissement est nécessaire, selon l'ONU

Écouter /

L'eau, avec des polluants et des agents contaminants, s'écoule dans un canal à Maputo, au Mozambique. (archives) Photo John Hogg/Banque mondiale

Les pays n’augmentent pas assez rapidement leurs investissements pour atteindre les cibles en matière d’eau et d’assainissement dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD), selon un nouveau rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au nom de l’ONU-Eau, le mécanisme inter-institutions de coordination des Nations Unies pour toutes les questions relatives à l’eau douce, y compris l’assainissement.

« Aujourd’hui, près de 2 milliards de personnes utilisent une source d’eau potable contaminée par des matières fécales, ce qui les expose au risque de contracter le choléra, la dysenterie, la typhoïde et la poliomyélite », souligne la Directrice du Département santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé de l’OMS, le Dr Maria Neira.

« On estime que l’eau de boisson contaminée est à l’origine de plus de 500.000 décès par diarrhée chaque année et représente un facteur majeur dans la propagation de plusieurs maladies tropicales négligées, parmi lesquelles les parasitoses intestinales, la schistosomiase et le trachome », ajoute-t-elle.

Le rapport souligne que les pays ne parviendront pas à atteindre les objectifs mondiaux consistant à garantir un accès universel à l’eau potable et à l’assainissement à moins que des mesures ne soient prises pour utiliser les ressources financières de manière plus efficace et redoubler d’efforts en vue d’identifier de nouvelles sources de financement.

Selon l’analyse et l’évaluation mondiales de l’ONU-Eau sur l’assainissement et l’eau potable (rapport GLAAS 2017), les pays ont augmenté leurs budgets alloués à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, en moyenne de 4,9% par an au cours des trois dernières années. Toutefois, 80% des pays indiquent que le financement en faveur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène reste insuffisant pour atteindre les cibles définies au niveau national pour les services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène.

Dans de nombreux pays en développement, les cibles nationales actuelles relatives à la couverture sont fondées sur l’accès aux infrastructures de base, lesquelles ne fournissent pas toujours des services sûrs et fiables, de façon continue. Les investissements prévus doivent encore tenir compte des cibles beaucoup plus ambitieuses des ODD, qui visent d’ici à 2030, à garantir l’accès à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement gérés en toute sécurité.

Selon les estimations de la Banque mondiale, pour atteindre les cibles mondiales des ODD, les investissements pour les infrastructures doivent tripler et arriver à 114 milliards de dollars par an, chiffre qui n’inclut pas les coûts de fonctionnement et d’entretien.

Alors que le déficit de financement est important, 147 pays ont précédemment clairement montré qu’ils étaient capables de mobiliser les ressources nécessaires pour atteindre la cible de l’objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire de moitié la proportion de personnes vivant sans accès à des sources d’eau potable améliorées, et 95 pays ont atteint la cible correspondante relative à l’assainissement.

Les cibles beaucoup plus ambitieuses des ODD nécessiteront des efforts collectifs, coordonnés et novateurs pour mobiliser des niveaux encore plus élevés de financement provenant de toutes les sources: les taxes, les tarifs (versements et travail des ménages) ainsi que les transferts des donateurs.

« Nous sommes confrontés à un défi que nous pouvons relever», déclare le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT) et Président de l’ONU-Eau, Guy Ryder. « Des investissements accrus dans l’approvisionnement en eau et l’assainissement produisent des bénéfices substantiels pour la santé et le développement humains, permettent de créer des emplois et assurent de ne laisser personne de côté ».

(Audio : Mise en perspective par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...