Syrie: une rencontre bilatérale Russie-ONU ce lundi à Genève

Écouter /

Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie (Photo: ONU/V. Martin).

Malgré les défis sécuritaires sur le terrain, les organismes humanitaires ont réussi à fournir une assistance à plus d'un demi-million de civils reclus dans les villes assiégées et difficiles d'accès de Syrie. Lors d'un point de presse ce jeudi à Genève, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie a également confirmé que le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, sera à Genève lundi prochain pour discuter de la crise syrienne. Selon Staffan de Mistura, la rencontre trilatérale ONU-Russie-Etats-Unis qui avait été initialement annoncée par Moscou, serait reportée, non sans préciser toutefois que cette « rencontre à trois est toujours sur la table ».

 

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie entend poursuivre ses efforts diplomatiques pour relancer les discussions intersyriennes. Staffan de Mistura a ainsi confirmé qu'il aura des consultations lundi prochain à Genève, avec le vice-ministre russe des affaires étrangères. L'objectif de ces consultations onusiennes avec Guennadi Gatilov est de voir comment relancer les pourparlers de Genève toujours prévus en mai prochain « en tenant compte des développements sur le terrain ». A cet égard, le médiateur onusien a rappelé qu'il n'y aura pas finalement cette rencontre tripartite entre les Nations Unies, la Russie et les Etats-Unis. « Mais cette réunion à trois qui reste sur la table », selon Staffan de Mistura.

Toujours sur le front diplomatique, l'ONU a envoyé des experts à Téhéran pour assister à cette réunion préparatoire d'Astana qui regroupe des délégations de la Russie, de l'Iran et de la Turquie. « Des informations que nous recevons, il y a des progrès sur le cessez-le-feu et pour mieux préparer la réunion d'Astana » prévue normalement au début du mois de mai. Cette rencontre dans la capitale iranienne a ainsi abordé la question des détenus et de futures opérations de déminage en Syrie.

Sur le plan humanitaire, plus de 564.000 civils syriens ont reçu de l'aide. Selon Jan Egeland, Conseiller spécial du médiateur onusien, cette aide a été plutôt fournie en majorité dans les zones difficiles d'accès et un peu dans les villes assiégés, comme ces localités de Hama, notamment Harbanifse et Al Houla qui ont reçu la visite des humanitaires la semaine dernière.

Néanmoins, le rétrécissement de l'espace humanitaire et l'ingérence des groupes armés posent des défis aux efforts fournis par les humanitaires pour venir en aide aux personnes dans le besoin. Des défis illustrés par les hostilités dans les zones rurales septentrionales de Hama qui ont entraîné le déplacement de dizaines de milliers de civils.

Il faut juste rappeler que la réunion de ce jeudi matin du Groupe de travail sur l'accès humanitaire du Groupe international de soutien à la Syrie a été largement dominée par cette attaque meurtrière de Rachidine, à l'ouest d'Alep, qui avait visé un convoi de 5.000 personnes évacuées des villes de Foua et Kafraya vers des zones contrôlées par le gouvernement syrien

Selon Staffan de Mistura souligne que le dernier bilan de cette attaque suicide à la camionnette piégée a été revu à la hausse avec plus de 130 personnes tuées, dont de nombreux enfants et plus de 200 blessés. « Quelqu'un prétendant distribuer de l'aide et attirant les enfants a provoqué cette horrible explosion », a déclaré l'envoyé spécial de l'ONU lors de ce point de presse à Genève. En vertu d'un accord conclu entre le Qatar et l'Iran, la population de Madaya et Zabadani, deux localités rebelles assiégées par l'armée de Damas, et les habitants de Foua et Kafraya, assiégés par les rebelles, doivent être évacués en plusieurs phases.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unie /Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...