Syrie : le chef de l'ONU appelle à la retenue après des frappes américaines

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres. Photo: ONU/Violaine Martin (archives)

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé vendredi à la retenue après que des frappes aériennes américaines ont visé une base militaire du gouvernement syrien en représailles à une attaque présumée à l’arme chimique à Khan Cheikhoun, au sud du gouvernorat d’Idlib.

« Je continue de suivre de près et avec préoccupation la situation en Syrie. J’ai été choqué par l’attaque à l’arme chimique à Khan Cheikhoun, en Syrie, et les nombreux civils innocents morts et blessés », a dit M. Guterres dans une déclaration à la presse.

« Je dis depuis longtemps qu’il faut que les auteurs de crimes rendent des comptes, conformément aux normes internationales existantes et aux résolutions du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a indiqué qu’il avait suivi les informations concernant les frappes aériennes menées par les Etats-Unis contre la base aérienne de Shayrat en Syrie.

« Conscient du risque d’escalade, je fais appel à la retenue pour éviter tout action susceptible d’approfondir la souffrance des Syriens », a déclaré M. Guterres.

Selon lui, ces événements renforcent sa conviction « qu’il n’y a pas d’autre moyen de résoudre le conflit que par une solution politique ». « Je demande aux parties de renouveler d’urgence leur engagement à progresser dans les pourparlers de Genève », a-t-il dit. « Une solution politique reste également essentielle pour progresser dans la lutte contre le terrorisme ».

Le Secrétaire général a rappelé que le Conseil de sécurité de l’ONU a la responsabilité principale de la paix et de la sécurité internationales et il a demandé au Conseil d’exercer cette responsabilité.

« Pendant trop longtemps, le droit international a été ignoré dans le conflit syrien, et c’est notre devoir partagé de respecter les normes internationales de l’humanité. C’est une condition préalable à la fin aux terribles souffrances de la population syrienne », a conclu M. Guterres.

Le Conseil de sécurité devait se réunir à 11h30 vendredi pour discuter de la situation en Syrie.

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...