République démocratique du Congo : 1,5 million d'enfants affectés par la crise au Grand Kasaï

Écouter /

Parmi ces déplacés fuyant les violences dans les Kasai, les enfants sont les plus vulnérables (photo: UNOCHA).

La crise dans le Grand Kasaï en République démocratique du Congo (RDC) a un effet dévastateur sur les enfants, a affirmé ce vendredi l'UNICEF.  Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, plus de 1,5 million d'enfants, dont 600.000 enfants déplacés, sont affectés par la crise.

 

De retour d'une mission dans la région des Kasaï, le Représentant par intérim de l'UNICEF en RDC décrit le sort des enfants « forcés de subir des épreuves horribles ». Selon Dr Tajudeen Oyewale, « des centaines d'enfants ont été blessés lors des violences, avec des rapports d'enfants détenus, violés et même exécutés ». « Il faut mettre fin à ces horribles cas d'abus d'enfants et les auteurs doivent en être tenus responsables », avertit ce haut responsable onusien qui rappelle que la violence et l'instabilité dans les provinces des Kassaï, parmi les régions les plus pauvres du pays, ont débuté en août 2016 après la mort d'un chef traditionnel dans les combats avec les forces de sécurité et se sont encore détériorées au cours des trois premiers mois de 2017.

En attendant, la crise au Grand Kassaï commence à avoir un impact sur la situation des enfants. Selon les estimations de l'UNICEF, près de 2.000 enfants sont utilisés par les milices dans la région touchée même si l'UNICEF a assuré la libération de 384 enfants détenus ou retenus dans les Kassaï, précédemment utilisés par les milices.

L'Agence onusienne ajoute également qu'au moins 300 enfants ont été grièvement blessés dans la violence. En outre, plus de 4 000 enfants ont été séparés de leurs familles. Et à moins que la situation ne s'améliore rapidement, l'UNICEF estime que les six millions d'enfants – l'ensemble de la population d'enfants des trois provinces du Kasaï – sont en danger.

La violence a également eu un impact dévastateur sur les systèmes d'éducation et de santé dans la région. Plus de 350 écoles ont été détruites. Dans la province de Kasaï Central, un centre de santé sur trois n'est plus fonctionnel, ce qui met la santé et la survie des enfants en danger. « Ces enfants devraient être en sécurité dans leurs maisons, leurs écoles et leurs aires de jeux, au lieu d'être forcés de se battre sur le champ de bataille, blessés ou tués dans la violence», a déclaré le Dr Oyewale cité dans ce communiqué de presse rendu public ce vendredi à Genève.

Face à cette crise humanitaire, l'UNICEF a déjà élargi sa réponse d'urgence dans la région, par le biais des projets ciblant 173.000 personnes, notamment dans le domaine de la santé, nutrition, protection, éducation, eau et assainissement ainsi qu'avec des articles ménagers essentiels.

Mais tous ces efforts sont menacés par l'insécurité sur le terrain et le manque de financement. À cet égard, l'UNICEF réitère son appel à toutes les parties au conflit afin de garantir le respect des droits des enfants. L'Agence onusienne lance enfin un appel de fonds. À ce jour, l'organisation n'a reçu que 3,5 millions de dollars américains des 20,6 millions de dollars nécessaires pour répondre à la crise du Grand Kasaï.

(Interview : Magali Carpy Botoulou, Cheffe du Bureau de l'UNICEF de la Zone Sud de la RDC ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...