Lutte antimines : gros plan sur les 20 ans de l’UNMAS

Écouter /

Des munitions non explosées (UXO) en cours de déminage dans et autour de la région de Goma-Kibati, en République démocratique du Congo (RDC). Photo ONU / Sylvain Liechti

« Qu'est-ce qu'un engin explosif artisanal ». C'etait le thème d'une réunion d'information organisée ce jeudi au siège de l'ONU à New York par UNMAS, le Service de lutte antimines de l’ONU. Un service qui fête cette année ses 20 ans et dont les activités se sont considérablement élargies depuis sa création, pour répondre aux nouvelles menaces posées par les engins explosifs pour les civils, les casques bleus et les travailleurs humanitaires.

L’action antimines des Nations Unies comprend le déminage, l’éducation aux risques et l’assistance aux victimes, dans les situations de conflit et d’après conflit dans le monde.

Les projets d’UNMAS concernent vingt-deux pays et territoires contaminés par des mines terrestres et d’autres engins explosifs tels que des munitions à fragmentation non explosées, des roquettes et des engins explosifs improvisés en Afrique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Au total plus de 200 projets ont été élaborés par les groupes de coordination de l’action antimines au niveau national.

“Dans le monde entier, les conflits qui déchirent des pays et des communautés causent une augmentation tragique du nombre de décès dus aux mines terrestres et à d’autres engins explosifs. Il est absolument nécessaire de mener une action humanitaire contre les mines. La connaissance et la volonté d’aider sont là, c’est un financement adéquat qui manque”, a déclaré la Directrice d’UNMAS, Agnès Marcaillou.

(Interview:  Gabrielle Chaizy, chargée de programme à l'UNMAS; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...