L'OMS fait état de progrès sans précédent contre les maladies tropicales négligées

Écouter /

Une campagne scolaire intégrée pour la détection, la prévention et l'élimination de la lèpre, du trachome oculaire et de la schistosomiase à Pernambuco, Recife, au Brésil. Photo: OPS / OMS

A l’occasion d’une réunion des partenaires sur les maladies tropicales négligées à Genève mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté un rapport faisant état de succès remarquables dans la lutte contre ces maladies depuis 2007.

Intitulé: ‘Intégrer les maladies tropicales négligées dans la santé mondiale et le développement’, le rapport démontre comment un solide appui politique, des dons généreux de médicaments et l’amélioration des conditions de vie ont permis une expansion soutenue des programmes de lutte contre les maladies dans les pays où elles ont la plus forte prévalence. Selon l’OMS, environ un milliard de personnes ont pu bénéficier d’un traitement contre les maladies tropicales négligées rien qu’en 2015.

« L’OMS a observé des progrès records pour faire plier d’anciens fléaux comme la maladie du sommeil ou l’éléphantiasis », a déclaré le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, dans un communiqué. « Ces 10 dernières années, des millions de personnes ont échappé au handicap et à la pauvreté, grâce à l’un des partenariats mondiaux les plus efficaces de la santé publique moderne ».

Les maladies tropicales négligées aveuglent, mutilent, défigurent et affaiblissent des centaines de millions de personnes dans les bidonvilles et les parties les plus pauvres du monde. Ayant autrefois une prévalence étendue, ces maladies sont désormais limitées aux régions tropicales et subtropicales où l’eau est insalubre, l’hygiène et l’assainissement insuffisants et les conditions de logement mauvaises.

Les personnes pauvres vivant dans des zones isolées, rurales, des bidonvilles ou des zones de conflit sont les plus exposées. Plus de 70% des pays et territoires signalant la présence de maladies tropicales négligées sont des économies à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure.

Depuis 2007, lorsqu’un groupe de partenaires mondiaux se sont réunis pour combattre ensemble ces maladies, divers partenaires locaux et internationaux ont travaillé au côté des ministères de la santé des pays d’endémie pour délivrer des médicaments de qualité garantie et assurer aux populations les soins et la prise en charge sur le long terme.

En 2012, les partenaires se sont accordés sur une feuille de route, s’engageant à fournir une aide et des ressources supplémentaires pour éliminer 10 des maladies tropicales négligées les plus courantes.

« De nouvelles avancées dans la lutte contre les maladies tropicales négligées dépendront de progrès plus généraux vers les Objectifs de développement durable», a souligné le Dr Dirk Engels, Directeur du Département Lutte contre les maladies tropicales négligées.

L’OMS considère qu’il sera crucial d’atteindre les cibles mondiales en matière d’eau et d’assainissement. L’organisation estime que 2,4 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des installations d’assainissement de base, comme des toilettes ou des latrines, tandis que 660 millions continuent de boire de l’eau provenant de sources « non améliorées », telles que des eaux de surface, par exemple.

Entre temps, les inquiétudes mondiales sur les flambées récentes de maladie à virus Zika et ses complications ont stimulé de nouveau les efforts pour améliorer la lutte antivectorielle. En mai de cette année, l’Assemblée mondiale de la Santé étudiera des propositions pour une nouvelle action mondiale pour lutter contre les vecteurs.

(Extrait sonore : Magda Robalo, Directrice de la division prévention et contrôle des maladies de l'OMS en Afrique)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...