Le risque de famine s’accroit en Somalie et au Soudan du Sud, selon l'ONU

Écouter /

Des millions de personnes sont menacées par la famine en Somalie et au Soudan du Sud, et la situation devrait s’aggraver à mesure que la sécheresse et la violence s’étendent, ont mis en garde mardi des hauts responsables des Nations Unies qui ont effectué récemment une visite dans ces deux pays.

S'exprimant devant des journalistes à New York, John Ging, du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a déclaré que la situation en Somalie évoluait « très rapidement » avec plus de 6,2 millions de personnes ayant besoin de nourriture et d’eau et qui sont menacées par le choléra et la rougeole.

« Mon impression générale concernant la réponse humanitaire en Somalie est que les besoins évoluent très rapidement et augmentent, mais que la réponse suit actuellement le rythme de ces besoins. Cela ne signifie pas que nous devrions être complaisants, mais cela signifie que nous avons la bonne équipe sur le terrain qui fait un travail exceptionnel », a déclaré M. Ging.

Lors de cette visite en Somalie et au Soudan du Sud, M. Ging était à la tête d'une délégation incluant également Manuel Fontaine, du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Ugochi Daniels, du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et Mourad Wahba, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Leur visite était destinée à s’assurer que tous les acteurs coordonnent leur travail et à mobiliser tout le soutien possible pour les deux pays.

Les bailleurs de fonds ont financé à hauteur de 70% l’appel de fonds humanitaire de 825 millions de dollars pour la Somalie, ce qui est « sans précédent », a souligné M. Ging.

Ce soutien financier fait suite à l’échec collectif en 2011 pour empêcher une famine en Somalie, a déclaré le haut responsable de l’ONU. Selon lui, ce soutien financier est un message fort de la part de la communauté internationale pour éviter une nouvelle famine.

Cet effort financier contraste fortement avec la situation au Soudan du Sud, où l'appel de fond humanitaire de 1,6 milliard de dollars n'est financé qu'à hauteur de 27% actuellement.

« Cela laisse vraiment nos opérations dans une situation très vulnérable face à l'ampleur des besoins », a déclaré M. Ging. Ces besoins sont plus grands, avec 7,5 millions de personnes dans le besoin, dont la moitié environ sont des déplacés dans le pays et des réfugiés dans les pays voisins.

En outre, le Soudan du Sud est maintenant considéré comme l’un des endroits les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires. Depuis la récente éruption de violence, 82 travailleurs humanitaires ont été tués, dont neuf au cours du mois dernier.

 

 

(Mise en perspective: Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...