La sous-alimentation et l'obésité coûtent des milliards de dollars aux pays d'Amérique latine, selon l'ONU

Écouter /

Les pays devraient promouvoir la production durable d'aliments frais, sûrs et nutritifs pour lutter contre le surpoids et l'obésité, qui ont considérablement augmenté en Amérique latine et dans les Caraïbes. Photo FAO

L’impact combiné de la sous-alimentation et de l’obésité, également connu sous le nom de « double fardeau de la malnutrition », coûte des milliards de dollars aux économies d’Amérique latine, selon un rapport publié lundi par le Programme alimentaire mondial (PAM) et la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL).

Intitulé ‘Le coût du double fardeau de la malnutrition : impact social et économique’, le rapport révèle que la malnutrition – qui comprend à la fois la sous-alimentation et le surpoids – a des effets négatifs importants sur les taux de maladie et de mortalité, les résultats scolaires et la productivité, entrainant des conséquences économiques énormes pour les individus, les communautés et les pays touchés.

Des pertes importantes de productivité

Selon l’étude, le produit intérieur brut (PIB) dans chaque pays d’Amérique latine diminue chaque année en raison de pertes de productivité causées par ce double fardeau. Ces pertes sont estimées à 500 millions de dollars au Chili, 4,3 milliards de dollars en Équateur et 28,8 milliards de dollars au Mexique, ce qui représente respectivement une perte de PIB de 0,2%, 4,3% et 2,3%.

« Au cours de la dernière décennie, de nombreux pays à revenu intermédiaire ont fait de grand progrès dans la réduction de la sous-alimentation », a reconnu le Directeur régional du PAM, Miguel Barreto dans un communiqué. « Pourtant, le problème persiste et nous assistons maintenant à une tendance inquiétante au sein des communautés vulnérables avec des cas de sous-alimentation et de surpoids simultanément au sein des mêmes familles », a-t-il alerté.

« La sous-alimentation et l’embonpoint représentent un grave fardeau pour la santé de ces familles, qui se traduisent finalement par des pertes de productivité et une pression sur les systèmes de santé et d’éducation dans les pays où ils vivent », a prévenu M. Barreto.

Les populations pauvres et vulnérables en première ligne

La sous-alimentation et l’obésité sont les deux faces de la même pièce qu’est la malnutrition et, ensemble, elles infligent un «double fardeau» aux pays et aux personnes, selon l’étude.

« Le double fardeau de la malnutrition affecte de plus en plus la population pauvre et vulnérable, devenant ainsi une autre cause de l’inégalité actuelle dans notre région », a déclaré la Secrétaire exécutive de la CEPAL, Alicia Bárcena.

Alors que la dénutrition nuit à la croissance physique et entrave le développement du cerveau, le surpoids et l’obésité peuvent conduire à des maladies non transmissibles telles que le diabète de type II, l’hypertension et le cancer. Les deux fléaux empêchent le développement des individus, le bien-être des communautés et la réalisation de l’objectif de faim zéro d’ici 2030.

« Dans le contexte actuel de ralentissement économique, il est plus impératif que jamais pour les pays de faire tout leur possible pour progresser vers un nouveau paradigme en termes de production et de consommation, qui est essentiel à la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 », a souligné Mme Bárcena.

Education et sensibilisation à une alimentation plus saine

Les implications pour l’avenir des pays sont effrayantes. Selon l’étude, la dénutrition est en déclin, mais la surnutrition devrait devenir le fardeau social et économique le plus important dans la région. De 2014 à 2078, le surpoids et l’obésité devraient coûter en moyenne 1 milliard de dollars au Chili, 3 milliards de dollars en Équateur et 13 milliards de dollars au Mexique par an.

L’étude recommande plusieurs mesures pour atténuer ce fardeau. Les gouvernements devraient promouvoir l’éducation des consommateurs grâce à des politiques et des incitations claires pour assurer un étiquetage alimentaire fiable, des programmes d’activité physique et le soutien de programmes communautaires d’éducation nutritionnelle.

Le rapport encourage également l’industrie alimentaire à collaborer avec les gouvernements pour garantir la production, la disponibilité et l’accessibilité de produits alimentaires plus sains et jouer un rôle positif et responsable dans l’éducation des consommateurs sur les choix alimentaires sains.

(Mise en perspective par Pascal Sim)

Classé sous L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...