Genève : l'appel à l'aide de l'ONU pour éviter la famine au Yémen

Écouter /

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres à l'ouverture de cette conférence sur le Yemen à Genève. Photo : ONU/Jean-Marc Ferré

Selon l'ONU, il faut 2,1 milliards de dollars pour éviter cette année une catastrophe humanitaire au Yémen. Jusqu'ici seuls 313 millions ont été financés. C'est dans ce contexte que les Nations Unies ont organisé ce mardi à Genève avec la Suisse et la Suède une conférence internationale de donateurs. Une réunion de haut niveau qualifiée de « moment de vérité » par le Secrétaire général de l'ONU. « Pendant la réunion, une cinquantaine d'enfants vont décéder », a d'ailleurs affirmé Antonio Guterres qui a aussi rappelé  que deux tiers des Yéménites dépendent au quotidien de l'aide humanitaire et dix-sept millions de personnes font face à des difficultés alimentaires.

 

« La famine peut être évitée si nous agissons rapidement ». A l'ouverture d'une réunion de haut niveau sur la crise humanitaire au Yémen ce mardi à Genève, le Secrétaire général de l'ONU a lancé un cri d'alarme sur la situation humanitaire dans ce pays.  Aux côtés des Ministres des affaires étrangères de la Suisse et de la Suède, Antonio Guterres a appelé les Etats à soutenir la population de ce pays, en finançant l'aide humanitaire afin de mettre un terme à l'une des plus grandes crises alimentaires au monde.

Dans cette course contre la montre, le Chef de l'ONU a insisté sur le besoin d'assistance et surtout « d'agir maintenant, pour sauver des vies ». Une façon pour le patron des Nations Unies d'avertir qu'une « génération entière est présentement affamée ».

En effet, près de 19 millions de personnes au Yémen, soit environ deux tiers de la population, ont un besoin urgent d'aide humanitaire. Quelque 17 millions souffrent de la faim, ce qui fait de ce pays « la plus grande crise alimentaire au monde ». Antonio Guterres a également déploré le sort des enfants qui « est des plus sombres », « avec un enfant yéménite de moins de 5 ans décédant toutes les 10 minutes de causes évitables ».

Face à un tel tableau, le Secrétaire général de l'ONU a appelé à davantage de générosité des donateurs et à une cessation des hostilités sur le terrain.

Il faut juste rappeler que les Nations Unies avaient réclamé début février 2,1 milliards de dollars pour aider cette année 12 millions de personnes affectées par le conflit, mais cet appel de fonds n'est financé qu'à hauteur de 15%, a expliqué Antonio Guterres, le Chef de l'ONU.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève ; avec un extrait sonore d'Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...