Déclaration sur les droits des peuples autochtones : dix ans d'avancées et de défis avec Mariam Wallet Aboubacrine

Écouter /

Mariam Wallet Aboubacrine, Présidente de la seizième session de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (Image: ONU/C.Silveiro)

Le 13 septembre 2007 les peuples autochtones se sont dotés d'un instrument juridique visant à protéger leurs droits, la Déclaration sur les droits des peuples autochtones.

Cette année, l’Instance permanente sur les questions autochtones a décidé de marquer les dix ans de ce cadre universel de normes minimales pour la survie, la dignité, le bien-être et les droits des peuples autochtones du monde entier. L’anniversaire de la Déclaration été placé au cœur du programme de la 16ème session de l'Instance permanente des Nations Unies, qui cherche a évaluer les mesures prises pour la mettre en œuvre.

Dans cette édition, Escale dresse le bilan des dix ans de la de Déclaration avec Mariam Wallet Aboubacrine, actuelle Présidente de l'Instance permanente sur les droits des peuples autochtones.

Cette médecin Touarègue, originaire de Tombouctou, au Mali, expose les avancées obtenues grâce à la Déclaration.

« Maintenant, dix ans après, il y a eu lentement des avancées » explique Mariam Wallet Aboubacrine, indiquant non seulement l'apport juridique mais aussi les efforts pour le mettre en œuvre tant au sein de l'ONU que dans divers pays.

La Présidente évoque notamment la Commission de vérité et réconciliation du Canada qui s'est fortement appuyée sur cet instrument, mais aussi les étapes franchies par la République du Congo, la République centrafricaine et le Tchad.

Selon la Présidente, l'Instance permanente examine les défis et avancées réalisées au cours de cette décennie et s'interroge actuellement sur comment « changer le tir ».

Mariam Wallet Aboubacrine affirme que les États doivent créer l'espace judiciaire afin que les peuples autochtones puissent « avoir le pouvoir de faire recours à la Déclaration ».

« Il faut dépasser le niveau de reconnaissance politique seulement nous voudrions l'avoir sur le terrain dans la vie de tous les jours des peuples autochtones, et ça serait le bilan qu'on voudrait avoir dans dix ans », précise la Présidente.

Enfin, l’invitée d’Escale souligne l'importance de l'autonomisation des femmes et des jeunes autochtones avant de revenir sur son engagement en faveur des peuples autochtones.

Interview :
Mariam Wallet Aboubacrine, Présidente de la 16ème session de l’Instance permanente sur les droits des peuples autochtones

 

Interview, présentation et production : Cristina Silveiro

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...