Couche d'ozone : le Mali, premier pays à ratifier le Protocole de Kigali

Écouter /

Une vue de la couche d'ozone protégeant la Terre. Photo PNUE

En ce début de mois d'avril, les efforts mondiaux visant à protéger le climat et la couche d’ozone sortent renforcés par la première ratification de l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. La ratification par le Mali a été reçue le 31 mars. D’autres pays devraient ratifier cet amendement au cours des prochains mois.

Le Protocole de Montréal adopté il y a trois décennies, marque en ce début de mois d'avril un jalon avec la première ratification par le Mali de l’amendement de Kigali. La réduction des hydrofluorocarbures dans le cadre de cet Amendement devrait éviter un réchauffement de 0,5 degré Celsius d’ici la fin du siècle, tout en continuant à protéger la couche d’ozone.

Ainsi, les pays qui ratifient l’Amendement adopté en octobre 2016 dans la capitale rwandaise s’engagent à réduire de plus de 80% la production et la consommation de puissants gaz hydro-fluorés à effet de serre au cours des 30 prochaines années. L’amendement de Kigali entrera en vigueur le 1er janvier 2019, à condition qu’il soit ratifié par au moins 20 parties au Protocole de Montréal.

Pour mémoire, en vertu du Protocole, les nations du monde ont progressivement éliminé près de 99 pour cent de près de 100 substances appauvrissant la couche d’ozone et ont empêché des impacts négatifs sur l’agriculture, les animaux, les forêts, la vie marine, les écosystèmes naturels et les matériaux. De plus, jusqu’à 20 millions de cas de cancer de la peau peuvent être empêchés chaque année.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...