Syrie : Stephen O'Brien espère que 2017 sera l'année où les parties au conflit vont retrouver leur sens de l’humanité

Écouter /

Stephen O’Brien, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix (Crédit photo : ONU)

Le Conseil de sécurité a une nouvelle examiné ce matin les derniers événements survenus en Syrie sur la base du 37ème rapport du Secrétaire général. Les quinze ont entendu un long exposé du Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires. Stephen O'Brien a dressé un sombre bilan de la situation en raison de la poursuite des hostilités émaillées de bombardements contre des cibles civiles, à l'instar de l'attaque le 21 mars contre l'école al-Badiya dans la ville de Al-Mansoura, attaque qui s'est soldée par un grand nombre de morts et de blessés.

« J’espère sincèrement que 2017 va être l’année où les parties au conflit – et ceux soutiennent leurs actions – vont retrouver leur sens de l’humanité, » a-t-il déclaré.

Le patron de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a cité une série de lieux et de violences aveugles commises dans le pays alors que les parties syriennes sont réunies à Genève et que repose sur leurs épaules la responsabilité de mettre fin à un interminable conflit.

Stephen O'Brien a d'abord estimé qu'il faut tirer au mieux parti du cessez-le-feu du 30 décembre 2016 établi par les garants des réunions d’Astana. Selon, il convient aussi de renforcer la protection des civils et des infrastructures civiles et veiller à ce que l’aide humanitaire atteigne tous ceux qui sont dans le besoin en Syrie en supprimant les obstacles.

Ensuite, a poursuivi le Secrétaire général adjoint, il importe d'en appeler aux parties et à tous ceux qui ont une influence, pour qu'ils s’efforcent de surmonter leurs différences et de travailler ensemble pour mettre un terme au conflit. Selon lui c’est la seule façon d’arrêter les souffrances des hommes, des femmes et des enfants.

Stephen O'Brien a conclu son exposé en reprenant à son compte les propos récemment tenus par le Secrétaire général, Antonio Guterres, qui avait déclaré que « la paix en Syrie est un impératif moral et politique à la fois pour peuple syrien et pour le monde – un impératif qui ne peut attendre.»

(Extrait sonore : Stephen O'Brien, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...