RDC: l'UA, l'UE, l'ONU et l'OIF condamnent les violences au Kasaï

Écouter /

Tshimbulu, Kasaï Central. Sud-Est de Kananga. La Monusco s'est rendue à Tshimbulu, pour promouvoir le dialogue. Photo: MONUSCO/Biliaminou Alao

L’Union africaine (UA),  l’Union européenne (UE), les Nations Unies (ONU), et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont condamné mardi les « actes de violence et les violations des droits humains qui se sont déroulées récemment dans la région des provinces du Kasaï ».

Dans une déclaration, les quatre organisations partenaires disent « suivre de près l’évolution de la situation en République démocratique du Congo (RDC) » et expriment leur « profonde préoccupation » sur la situation qui prévaut dans cette partie de la RDC, en proie à la violence depuis plusieurs mois.

Elles ont qualifié  « d'acte ignoble » la mort d'environ 40 membres de la police tués par des éléments appartenant à la milice Kamuina Nsapu, entre le 23 et le 24 mars, sur l'axe Tshikapa-Kananga.

Elles ont également présenté leurs condoléances aux familles des victimes et condamné tous les autres actes de violence et les violations des droits humains qui se sont déroulées récemment dans les provinces du Kasaï.

L'UA, l'UE, l'ONU et l'OIF ont exhorté les forces de défense et de sécurité à la retenue, et encouragent la poursuite du dialogue entamé récemment entre le Gouvernement et la milice Kamuina Nsapu, afin de trouver une issue pacifique à la situation actuelle dans les provinces du Kasaï.

Aussi les organisations rappellent l’impératif de la conduite d’une enquête crédible pour faire la lumière sur les violations des droits humains et poursuivre en justice leurs auteurs.  A cet égard, elles se félicitent des mesures annoncées par le Gouvernement et attendent avec intérêt les actions qui en résulteront.

Les quatre organisations soulignent l’urgence de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre, qui selon elles faciliterait le processus de stabilisation du pays, le rétablissement de l'ordre public dans les zones affectées par la violence, et la tenue d'élections pour conclure la période de transition dans les délais prevus.

 

(Mise en perspective: Laetitia Kouassi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...