RDC : l’ONU préoccupée par les allégations de nouvelles violences dans la région du Kasaï

Écouter /

Des Casques bleus patrouillent en République démocratique du Congo (archives). Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

L'ONU a exprimé ce weekend sa vive préoccupation concernant les nouvelles violences qui auraient eu lieu à Kananga, dans la région du Kasaï, entre le 14 et le 17 mars 2017.

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) a reçu des informations crédibles selon lesquelles de nombreuses personnes auraient été tuées au cours d’affrontements entre des miliciens de Kamwina Nsapu et des membres des forces de sécurité congolaises.

Dans un communiqué de presse publié samedi, la MONUSCO s’est dite préoccupée par les attaques des miliciens de Kamwina Nsapu contre les institutions et symboles étatiques, mais également « par l’utilisation disproportionnée de la force par les forces de défense et de sécurité dont les opérations dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, à Kananga ont conduit à un grand nombre de victimes.

La Mission a exprimé également sa forte préoccupation face aux restrictions imposées ces derniers jours par les forces de sécurité à sa liberté de circulation à Kananga, ce qui limite la capacité de la Mission à mettre en œuvre son mandat.

Le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC a réclamé la cessation immédiate des violences à Kananga et dans la région du Kasaï. Il a également demandé l’arrêt immédiat de toute restriction à la liberté de circulation de la MONUSCO.

Maman Sambo Sidikou.a en outre réclamé l'ouverture d’enquêtes par les autorités compétentes sur les événements de ces derniers jours à Kananga, et que les responsables de toutes les violations des droits de l’homme soient traduits en justice.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...