RDC : le mandat de la MONUSCO renouvelé d'un an à l'unanimité

Écouter /

Le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité le renouvelement du madnat de la MONUSCO jsuq’au 31 décembre 2018. (Photo: ONU/Rick Bajornas)

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité vendredi la résolution 2348 renouvelant le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (MONUSCO) ainsi que celui de sa Brigade d'intervention pendant 12 mois, jusqu’au 31 mars 2018.

Tenant compte des recommandations formulées dans le rapport du Secrétaire général, le Conseil réduit le nombre de soldats de la MONUSCO d'environ 2.000 soldats, autorisant un effectif maximum de 16 215 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 391 policiers et 1 050 membres d’unités de police constituées.

La résolution, parrainée par la France avec l'appui de l'Italie, du Japon, de la Suède, de l’Ukraine, du Royaume-Uni et des États-Unis, fait de la protection des civils l'une des priorités centrales du mandat de la Mission.

Le texte  autorise par l’intermédiaire de la Brigade d’intervention et avec l’appui de l’ensemble de la MONUSCO, agissant seule ou avec les Forces armées de la RDC (FARDC), de mener des offensives « ciblées et énergiques », « dans le strict respect du droit international » afin de neutraliser les groupes armés.

La résolution demande à toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo, « y compris au Président Kabila, à la majorité présidentielle et à l’opposition », de mettre en œuvre sans dé1ai l’accord du 31 décembre 2016, afin de commencer « sans plus tarder » la préparation des élections présidentielle et législatives qui devraient avoir lieu avant la fin de 2017.

Le texte adopté établit aussi l'appui à la mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre 2016 et des modalités électorales parmi les priorités stratégiques de la MONUSCO.

Pour la France, la composition de la MONUSCO est “cohérente et réfléchie”, pour la mettre en mesure de mieux répondre aux défis qui se posent à ce pays.

“Le plafond des troupes est ajusté pour mieux refléter la réalité du déploiement sur le terrain, mais c'est surtout la composition de la Force qui est revue, en appelant au remplacement de certaines troupes par des unités spécialisées, à même d'intervenir rapidement et de manière mobile dans le contexte spécifique qui est celui de la RDC”,  a expliqué son représentant permanent François Delattre ajoutant ” à l'arrivée nous avons donc avec ce mandat une MONUSCO plus réactive, plus mobile, plus centrée sur les priorités essentielles que je viens de rappeler et qui guident sa mission”.

Lors de leurs interventions suivant l'adoption de la résolution, les quinze ont à tour de rôle exprimé leurs condoléances suite à la mort de Zaida Catalan et de Michael Sharpe, les deux experts onusiens tués la semaine dernière alors qu'ils enquêtaient sur les violations de droits humains dans la province de Kasaï oriental.

Les quinze se sont félicités des modifications apportées au mandat et la composition de la Mission estimant que celles-ci la rendront plus flexible et efficace.

Ils ont également exhorté les parties à mettre en œuvre l'Accord du 31 décembre 2016 pour une sortie de crise.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro, avec un extrait sonore du Représentant permanent de la France François Delattre)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...