Pourparlers intra-syriens : Staffan de Mistura poursuit ses consultations à Genève avant de se rendre au Sommet de la Ligue arabe

Écouter /

L'Envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura recevant l'Ambassadeur de Syrie à New York et Chef de la délégation gouvernementale lors de ces négociations de Genève (Photo : ONU/V. Martin).

Les pourparlers de paix entre opposition syrienne et le pouvoir de Damas ont repris hier à Genève. Moins d'un mois s'est écoulé depuis la dernière rencontre organisée sous l'égide des Nations unies. Après avoir mené une série de consultations avec plusieurs parties prenantes internationales et régionales, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie a rencontré aujourd'hui les délégations syriennes. Staffan de Mistura s'est voulu optimiste malgré les récents développements sur le terrain marqués par la reprise des combats dans certaines localités.

 

« Je ne m'attends pas à des miracles, de percées ou d'accrocs ». A la question d'un journaliste sur ces objectifs pour ces nouvelles discussions intersyriennes, l'Envoyé spécial de l'ONU s'est voulu lucide et pragmatique. Lors d'une conférence de presse ce vendredi nuit à Genève, Staffan de Mistura a tout de même affiché ses ambitions en plaçant ce nouveau round sur les bases des résultats obtenus lors de la quatrième série pour franchir de nouvelles étapes dans ces difficiles pourparlers de paix de Genève.

D'emblée, le diplomate italo-suédois a indiqué que les développements sur le terrain sont malheureusement liés à des offensives et contre-offensives. Staffan de Mistura fait ainsi référence à l'intensification des combats entre rebelles et forces gouvernementales dans la région de Hama et dans la banlieue de la capitale, Damas.

Mais le Médiateur onusien s'est voulu optimiste pour la suite de cette cinquième série de pourparlers inter-syriens dans la mesure où tous les belligérants présents sur les bords du Lac Léman ont le sentiment « qu'ils avaient le devoir de venir à Genève. « Personne n'a menacé de partir ou de ne pas venir », fait-il remarquer non sans ajouter qu'au cours de ces consultations de ce vendredi, « tous les interlocuteurs ont rappelé la nécessité de ces pourparlers pour aller de l'avant ». Une attitude qui est selon Staffan de Mistura « un signe de maturité et de responsabilité » des belligérants « particulièrement dans ces moments critiques ».

Sur les consultations proprement dites, de part et d'autre, les deux camps restent pour le moment arc-boutés sur leurs positions.

Du côté de la délégation du Haut comité des négociations (HCN) reçue cet après-midi par le Médiateur onusien, la priorité reste la transition politique. Les groupes d'opposition se sont également préoccupés du sort des détenus, mais aussi de l'accès humanitaire notamment dans les villes assiégées.

Par contre pour le chef de la délégation gouvernementale syrienne, la lutte contre le terrorisme est le sujet prioritaire des discussions de paix de Genève. A en croire l'Ambassadeur de Syrie à l'ONU à New York, « en pratique », il est possible de « commencer par n'importe lequel de ces quatre volets, ce qui ne veut pas dire que les autres sujets sont à négliger». Et l'Ambassadeur Bachar al-Jaafari d'ajouter que « l'envoyé spécial (de l'ONU) a compris » leur position.

Face à ces différentes interprétations, l'Envoyé spécial de l'Onu a insisté sur le fait que tous les sujets sont sur la table de ces consultations.  Un agenda qui tourne autour de la gouvernance, d'une nouvelle Constitution, de la tenue d'élections et de la lutte contre le terrorisme à la demande de Damas.

Staffan de Mistura est également revenu sur la série de consultations avec plusieurs parties prenantes internationales et régionales. Consultations qualifiées de positives et qui l'ont mené à Riyad, Moscou et Ankara. Le Médiateur onusien entend d'ailleurs se rendre lundi à Amman pour assister à la réunion de la Ligue arabe prévue dans la capitale jordanienne. Staffan de Mistura sera de retour à Genève dès mardi prochain. D'ici là, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie s'entretiendra avec les délégations syriennes demain samedi à partir de 11h00 au Palais des Nations.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...