Négociations sur la Syrie à Genève: des questions de fond abordées, se félicite l'Envoyé spécial de l'ONU

Écouter /

Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie (Photo: ONU/Violaine Martin).

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie a déclaré ce vendredi soir que des « progrès croissants » avaient été obtenus lors du cinquième round de pourparlers à Genève, mais a reconnu que les vraies négociations pouvant déboucher sur un processus de paix n'avaient pas encore commencé. Staffan de Mistura a souligné que les belligérants ont tous accepté de revenir à Genève pour un sixième round, à une date qui n'a pas encore été fixée.

 

« A la fin du quatrième round (en février) j'avais dit que le train était en gare. On peut dire cette fois-ci que le train a commencé à quitter la gare, lentement, mais sûrement ». Lors d'un de son point de presse sanctionnant ce 5e round des discussions intersyriennes, Staffan de Mistura a utilisé la même formule imagée pour faire le point sur les avancées des pourparlers de paix à Genève. Selon l'Envoyé spécial de l'ONU, « tous les invités ont été sérieux et motivés ». Une façon de rappeler les avancées notées lors des négociations sur la Syrie qui ont pris fin ce vendredi au Palais des Nations, le siège du bureau européen des Nations Unies.

A l'issue de cette nouvelle session de pourparlers, le diplomate s'est donc félicité du fait que des questions de fond aient pu être abordées. Faisant le bilan de ce nouveau round, Staffan de Mistura a d'ailleurs  admis qu'il reste de nombreux défis sur ce conflit syrien, faisant ainsi référence au regain de tension sur le terrain. « Je ne peux nier que de sérieux défis persistent et je ne vois pas cela déboucher dans l'immédiat sur un accord de paix », a admis le diplomate italo-suédois.

« Dans toute négociation, il y a des questions qui demandent à être préparées avant de commencer les vraies négociations de paix. Et il est clair que nous n'y sommes pas encore », a-t-il reconnu.

En attendant, « toutes les parties se sont déclarées prêtes à revenir à Genève pour le prochain round ». Pour le médiateur onusien, « nous devons maintenir cet élan progressif ».

Concernant la suite de ces discussions intersyriennes, M. De Mistura a annoncé qu'il se rendrait à la fin de la semaine prochaine à New York pour faire son rapport au Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et briefer le Conseil de sécurité. C'est à l'issue de ces consultations qu'il annoncera la date exacte du prochain rendez-vous.

Sur le front diplomatique toujours, le Médiateur de l'ONU a évoqué la réunion sur la Syrie prévue à Bruxelles le 5 avril prochain. Il s'attend à ce que cette conférence dans la capitale européenne soit l'occasion de clarifier « l'engagement de la communauté internationale notamment sur le plan humanitaire et sur la reconstruction au bon moment et sur de bonnes bases. »

Lors du point de presse de ce vendredi soir, Staffan de Mistura a également réitéré son appel aux puissances d'Astana d'œuvrer pour préserver la trêve en Syrie. Un appel en direction de la Russie, de la Turquie et de l'Iran.

Du côté des belligérants, le principal groupe d'opposition du Haut Comité pour les négociations (HCN) qualifie cette cinquième série d'améliorations « relatives » alors que la délégation gouvernementale considère qu'aucune étape concrète n'a été franchie, mais évoque une négociation « positive », le fait de discuter des « différents paniers » qui vont de la question de la gouvernance, des élections ou de la lutte contre le terrorisme.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...