Lutte contre le racisme: le Haut-Commissaire Zeid Ra'ad Al Hussein exhorte à redoubler d'efforts

Écouter /

Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (Photo: ONU)

À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale célébrée le 21 mars, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, souligne que la Journée internationale rappelle à tous de redoubler d'efforts pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, le discours et les crimes haineux.

Or, pour le Haut-Commissaire, le 21 mars ne doit pas se limiter à un simple rappel contre ces fléaux. Il importe d'agir et de prendre position contre la discrimination raciale, où qu'elle se produise. Selon lui, il incombe aux États d'adopter et mettre en œuvre des dispositions juridiques et légales pour venir à bout du fléau du racisme.

Dans sa déclaration, le Haut-Commissaire Zeid passe en revue les multiples formes de discrimination. Il déplore que les personnes d'ascendance africaine continuent d'être victimes de racisme et de crimes motivés par la haine; que l'hydre hideuse de l'antisémitisme essaime depuis les États-Unis jusqu'en Europe, au Moyen-Orient, et au-delà; que dans certains pays, les femmes musulmanes portant le foulard se heurtent à la violence verbale et physique; et qu'en Amérique latine, les populations autochtones restent en proie à la stigmatisation.

Pour le Haut-Commissaire, les dangers de la diabolisation de certains groupes sont visibles à travers le monde. Et sur tous les continents, la politique de division et la rhétorique de l'intolérance ciblent les minorités raciales, ethniques, linguistiques et religieuses, ainsi que les migrants et les réfugiés. Aussi la Journée doit permettre de réaffirmer les obligations légales des États en matière d'élimination de la discrimination raciale, mais aussi d'égalité devant la loi, de garantie des droits de chacun. De même tout en respectant la liberté d'expression, les États doivent interdire les discours de haine racistes et l'incitation à la violence.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...