Iraq : l'OIM veut plus de financement pour les déplacés de Mossoul

Écouter /

L’OIM distribue des produits non alimentaires aux déplacés internes iraquiens. Photo: OIM

De en plus d'organismes humanitaires déplorent la faiblesse de leurs ressources pour aider les centaines de milliers d'habitants de Mossoul affectés par les combats des forces iraquiennes contre les djihadistes. Parmi ces agences figurent l'Organisation Internationale pour les migrations (OIM) qui rappelle que la protection et la réponse aux besoins des civils vulnérables reste leur priorité sur le terrain dans cette ville septentrionale de l'Iraq. Et pour venir en aide aux milliers de déplacés qui fuient les violences à Mossoul-Ouest,  l'Agence basée à Genève a besoin de la générosité des pays donateurs.

 

L'Organisation internationale pour les migrations joint sa voix à celles des autres organismes humanitaires onusiens plaidant pour plus de ressources et de solidarité de la communauté internationale pour mieux soutenir les milliers de déplacés iraquiens.

Face à la souffrance de ces civils qui fuient les combats à Mossoul et les exactions de Daech, l'Agence basée à Genève insiste sur le besoin de davantage de solidarité. En effet, l'OIM n'a reçu que le tiers de son appel de fonds, soit presque 28 millions sur les 76 millions de dollars américain demandés.

Or sur le terrain, les mouvements de populations ne faiblissent pas. Plus de 285.000 personnes sont actuellement déplacées par les opérations à Mossoul. Des civils qui ont fui la partie ouest de cette deuxième ville iraquienne en raison de l'offensive de l'armée iraquienne pour en chasser les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). L'OIM rappelle que ce chiffre actuel du déplacement a augmenté de 120.000 au cours du mois écoulé. Au total, plus de 365. 000 personnes ont été déplacées par les opérations à Mossoul.

Tous ces déplacés sont en partie accueillies dans des camps installés à la hâte dans les environs. Des milliers ont ainsi trouvé refuge sur le site d'une piste d'atterrissage de Qayara, construit par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en coopération avec le Ministère iraquien du déplacement et de la migration (MoMD)

Dans ces conditions, ces fonds demandés permettront à l'OIM  de s'occuper de la construction et de la gestion de nouveaux abris, mais aussi d'autres aspects comme la protection et la santé des déplacés.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève).

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...