Après six ans de conflit, la souffrance des enfants en Syrie est plus profonde que jamais, selon l’UNICEF

Écouter /

“Je voulais devenir médecin, mais je ne deviendrai sans doute rien car notre école a été [attaquée]“, Ahmad, 6 ans. (Idlib, oct. 2016) Photo:© UNICEF/UN055730/

Alors que le conflit en Syrie entre dans sa septième année, les graves violations contre les enfants dans le pays ont atteint un niveau record en 2016.

Dans un communiqué publié lundi, l'UNICEF souligne que les cas vérifiés de meurtres, de mutilations et de recrutements d’enfants ont augmenté de manière significative l’année dernière dans un contexte d’escalade drastique de la violence dans tout le pays.

Au moins 652 mineurs ont été tués l’année dernière – soit une augmentation de 20 % par rapport à 2015 – faisant de 2016 la pire année pour les enfants de Syrie depuis que la vérification formelle des incidents contre les enfants a débuté en 2014. Parmi ces victimes, 255 enfants ont été tués dans ou à proximité d’une école. L'UNICEF a également recensé pas moins de 338 attaques contre des hôpitaux et du personnel médical.

En 2016, plus de 850 enfants ont été recrutés pour participer au conflit en Syrie, soit plus du double du nombre enregistré en 2015. Les enfants sont utilisés et recrutés pour se battre directement sur les lignes de front et assument des rôles de plus en plus liés aux combats, y compris, dans des cas extrêmes, ceux de bourreaux, kamikazes ou gardiens de prisons.

L’UNICEF souligne toutefois que les difficultés d’accès à plusieurs zones de Syrie empêchent d’évaluer pleinement le niveau de souffrance des enfants.

Les enfants les plus vulnérables en Syrie sont les 2,8 millions qui vivent dans les zones difficiles d’accès, notamment les 280.000 enfants vivant dans des zones assiégées, pratiquement coupées de l’aide humanitaire.

Après six ans de guerre, près de 6 millions d’enfants dépendent maintenant de l’aide humanitaire, un chiffre multiplié par douze depuis 2012. Des millions d’enfants sont déplacés, certains jusqu’à sept fois. Plus de 2,3 millions d’enfants sont maintenant réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Égypte et en Irak.

En Syrie et au-delà des frontières du pays, les mécanismes de survie s’affaiblissent et les familles prennent des décisions extrêmes pour survivre, poussant souvent les enfants à se marier ou à travailler. Dans plus des deux tiers des foyers, les enfants travaillent pour soutenir leur famille, certains dans des conditions terribles, même pour des adultes.

(Interview : Christophe Boulierac, Porte-parole de l'UNICEF. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

 

Interview complète Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...