A Montréal, l'ONU discute d'un plan de réduction des risques de catastrophes dans les Amériques

Écouter /

La rue Saint-Paul, à Montréal, au Canada. Photo UNISDR

La ville de Montréal, au Canada, accueille du 7 au 9 mars la cinquième Plateforme régionale sur la réduction des risques de catastrophes des Amériques organisée par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR) en collaboration avec le gouvernement canadien.

Plus de 1.000 délégués sont attendus à cette Plateforme qui est le principal forum de discussion pour les responsables gouvernementaux, spécialistes et experts des risques liés aux catastrophes de l’ensemble du continent américain.

« Les catastrophes ont de lourdes répercussions qui gagnent en ampleur sur le développement socio-économique dans les pays aussi bien prospères que moins développés », a rappelé le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la prévention des risques de catastrophes, Robert Glasser, dans un message.

« Ces répercussions sont davantage ressenties dans les pays moins développés, qui peuvent voir leur budget de dépenses sociales diminuer de plus de 20%. Dans certains pays, ce pourcentage se situe à plus de 60% », a-t-il précisé.

Le premier objectif de cette cinquième Plateforme régionale sera de discuter de la façon dont les gouvernements, les dirigeants de la société civile, les institutions techniques et scientifiques, le secteur privé et les médias peuvent favoriser la mise en œuvre du Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes pour la période 2015-2030 dans les Amériques, et mesurer les résultats escomptés.

Adopté lors d’une conférence de l’ONU à Sendai, au Japon, en mars 2015, le Cadre de Sendai a pour objectif de réduire les dommages liées aux catastrophes telles que la mortalité, le nombre de personnes blessées, les pertes économiques, les dégâts causés aux infrastructures et l’interruption des services de base, notamment les établissements de santé et d’éducation.

Le Cadre vise également à augmenter le nombre de pays dotés de stratégies nationales et locales pour réduire les risques de catastrophe à l’horizon 2020, à renforcer la coopération internationale et à accroître l’accès aux systèmes d’alerte précoce multirisques ainsi qu’aux informations et évaluations sur les risques de catastrophes.

La Plateforme régionale prévue sur trois jours à Montréal consiste en un segment intergouvernemental, des séances techniques, des événements spéciaux ainsi que des activités en parallèle, où les participants auront l’occasion de discuter entre eux de la mise en œuvre du Cadre de Sendai, des pratiques exemplaires et des leçons apprises.

A l’issue de cette plateforme régionale, des ministres et d’autres responsables de haut niveau établiront les priorités du programme de réduction des risques de catastrophes dans les Amériques pour les deux prochaines années et doivent convenir d’un Plan d’action régional pour l’ensemble du continent.

Le Cadre de Sendai souligne la nécessité que les différentes Plateformes régionales sur la réduction des risques de catastrophes propres à chaque continent fonctionnent en tant que système cohérent de mécanismes avec la Plateforme mondiale sur la réduction des risques de catastrophes. La Plateforme mondiale est le forum principal pour l’application du Cadre de Sendai sur l’ensemble de la planète. La prochaine Plateforme mondiale aura lieu à Cancun, au Mexique du 22 au 26 mai 2017.

(Interview : Ricardo Mena, chef du bureau régional pour les Amériques du Secrétariat des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes, UNISDR ; propos recueillis par Pascal Sim)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...