En Somalie, António Guterres réclame un soutien mondial pour éviter la famine

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (au podium), lors d'une conférence de presse avec le Président somalien Mohamed Abdullahi Farmajo (à droite). Photo UNSOM

Le Secrétaire général, António Guterres, était mardi en Somalie où il a choisi d'effectuer sa première visite sur le terrain pour appeler à la mobilisation internationale face aux besoins urgents de la population.

Plus de la moitié des Somaliens ont en effet besoin d'aide, et l'ONU a besoin de 825 million dollars pour aider 5.5 millions de personnes au cours des six prochains mois et éviter de reproduire les évènements tragique de 2011.

Le Secrétaire général a affirmé qu'il est encore temps d'éviter le pire, car selon lui, la Somalie est en train de tourner la page depuis l'élection d'un nouveau président et l'engagement de renforcer la capacité du Gouvernement à fournir des services à la population.

Devant la presse à Baidoa, António Guterres a en outre déclaré qu'il n'en appelle pas à la générosité des riches, mais à leur « intérêts personnels éclairés ».

Le Secrétaire général a mis en avant la nécessité de combattre le terrorisme en s'attaquant à ses causes profondes, notamment en assurant la paix et la stabilité à des pays comme la Somalie, a joutant que pour faire face de manière effective au risque de famine, il faut appuyer la stabilisation de de ce pays.

« C'est le meilleur moyen pour les pays riches de se protéger », a affirmé António Guterres.

« Nous n'appelons pas à la générosité. Nous appelons à ce que les gens fassent preuve de suffisamment d'intelligence pour comprendre que laisser des pays comme la Somalie dépérir et laisser le peuple somalien souffrir de l'impact dramatique de la sécheresse, des conflits et des maladies, représente un danger pour tout le monde ».

(Extrait sonore : António Guterres, Secrétaire général de l'ONU)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...