Yémen : de plus en plus d'enfants recrutés par les rebelles houthis

Écouter /

Avec la poursuite du conflit au Yémen, le nombre d'enfants soldats augmente (photo : UNICEF /Hamoud)

Hier en visite au Yémen, le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien prévenait que ce pays en guerre était confronté à « un grave risque de famine ». Deux années de guerre ont ainsi dévasté le Yémen et des millions d'enfants, de femmes et d'hommes qui ont désespérément besoin d'aide. Si les enfants sont particulièrement affectés, ils sont toujours recrutés par les belligérants, selon le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

 

Des enfants sont de plus en plus recrutés comme soldats pour participer aux sanglants combats au Yémen. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU avance que de nouveaux éléments tendent à démontrer que le groupe armé houthi recrute activement pour lutter sur la ligne de front dans le cadre du conflit qui fait rage dans ce pays. A la date de janvier dernier, les organismes de l'ONU ont ainsi pu recenser près de 1.476 cas d'enfants recrutés par toutes les parties au conflit depuis mars 2015. Toutefois, les chiffres sont probablement beaucoup plus élevés, car la plupart des familles ne sont pas disposées à parler du recrutement de leurs enfants, de peur de représailles.

Lors d'un point de presse ce mardi à Genève, la porte-parole du Haut-Commissariat note que les rebelles houthis sont majoritairement à l'origine de ces recrutements (environ 70%). « La semaine dernière, nous avons reçu de nouveaux rapports sur des enfants qui ont été recrutés sans que leur famille ne soit au courant », a souligné Ravina Shamdasani. Elle rappelé que « les enfants de moins de 18 ans se joignent souvent aux combats après avoir été dupés ou attirés par des promesses de récompenses financières ou de statut social. Beaucoup sont alors rapidement envoyés aux premières lignes du conflit ou chargés de postes de contrôle ».

Les services du Haut-Commissaire Zeid qui invitent les belligérants à libérer immédiatement ces enfants préviennent que le recrutement ou l'utilisation d'enfants par les parties à un conflit est un crime de guerre », aux termes du Statut de Rome de la Cour pénale internationale et du droit international humanitaire.

Outre leur utilisation sur la ligne de front, les enfants sont les premières victimes des combats qui provoquent une terrible catastrophe humanitaire. Pour le porte-parole de l'UNICEF, Christophe Boulierac, « un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les dix minutes au Yémen du fait notamment de l'effondrement du système de santé ». Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), plus de 7 millions de personnes ont besoin d'une assistance alimentaire d'urgence, dont 460.000 enfants.

Depuis le début de l'intervention de la coalition arabe en mars 2015, la guerre a fait plus de 4.667 civils tués et près de 8.180 civils  blessés, selon l'ONU.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève ; avec un extrait sonore de Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...