Syrie : Staffan de Mistura n'attend pas de « percée immédiate » mais veut un « élan positif » à l'issue des pourparlers de Genève

Écouter /

Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie lors de sa conférence de presse à Geneve (photo: ONU/V. Martin).

Des représentants du gouvernement de Damas et de l'opposition se retrouvent ce jeudi à Genève pour la reprise des pourparlers de paix sur la Syrie. Ces discussions sous l'égide des Nations unies auront pour fondement la résolution 2254 du Conseil de Sécurité de l'ONU. Et à la veille de la reprise de ces négociations, l'Envoyé spécial des Nations unies a d'emblée annoncé lors d'une conférence de presse mercredi 22 février qu'il n'attendait pas de « percée immédiate » à l'issue de ces négociations. Mais Staffan de Mistura attend des différentes parties un « élan positif » pour trouver un accord.

 

A la veille de la reprise des pourparlers intersyriens, l'Envoyé spécial de l'ONU a rappelé que le fondement du rendez-vous de Genève reste la résolution 2254 du Conseil de Sécurité de l'ONU.  Une feuille de route internationale portant sur le processus de transition politique qui prévoit outre un arrêt des combats, une gouvernance crédible et inclusive, une nouvelle Constitution écrite par les Syriens eux-mêmes et la tenue d'élections sous la supervision de l'ONU. Cette mise au point réitérée, Staffan de Mistura met en avant cette nouvelle chance au dialogue offerte aux belligérants, avec toutefois un bémol.

Ce mercredi à Genève, le diplomate onusien a en effet déclaré « ne pas attendre de percée immédiate ». « Est-ce que j'attends une percée immédiate? Non, je n'attends pas de percée immédiate mais le début d'une série de rounds », a déclaré Staffan de Mistura au cours d'une conférence de presse. Mais lors de ces pourparlers de paix de Genève, il espère que les différentes parties profiteront de cet « élan positif » pour trouver un accord.

Signe de cet état d'esprit, le diplomate italo-suédois est revenu sur les promesses faites lors de la réunion hebdomadaire du Groupe de travail sur le cessez-le-feu qui s'est tenue ce mercredi au siège des Nations unies à Genève. Il a révélé que le représentant de Moscou avait à cette occasion « annoncé à tout le monde que la Russie avait formellement demandé au gouvernement syrien de laisser le ciel de ce pays silencieux pendant les discussions ». Moscou a ainsi demandé à Damas de stopper les raids aériens pendant la durée des pourparlers de Genève.

Concernant le début de ces négociations proprement dites, la délégation gouvernementale et celle du Haut comité des négociations (HCN) seraient déjà arrivées aujourd'hui à Genève. Staffan de Mistura espère avoir des réunions bilatérales dans la matinée de demain jeudi, avant la tenue dans l'après-midi d'une session plénière avec les différentes délégations ainsi que les représentants du Groupe de soutien à la Syrie.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...