Soudan du Sud: le Conseil de sécurité appelle à la cessation immédiate des hostilités

Écouter /

Les civils paient le lourd tribu du conflit au Soudan du Sud. (Photo: OCHA/Gemma Connell)

Les membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné vendredi la poursuite des combats dans le Soudan du Sud, en particulier les incidents dans les régions d’Equatoria et du Haut-Nil.

Dans une déclaration à la presse, les quinze ont appelé toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités.

Ils ont a également condamné dans les termes les plus énergiques toutes les attaques dirigées contre des civils et ont exprimé de sérieuses inquiétudes au sujet des homicides de civils, de la violence sexuelle et sexiste, de la destruction des foyers, de la violence ethnique et du pillage du bétail et des biens.

Le Conseil de sécurité a exhorté le Gouvernement de transition d’unité nationale à prendre des mesures pour faire en sorte que les responsables des attaques soient tenus responsables.

Ils ont exprimé la profonde inquiétude que plus de 84 000 personnes ont fui le Soudan du Sud depuis le début de Janvier et que beaucoup continuent à être déplacés en interne.

Les membres du Conseil de sécurité ont insisté sur la primauté du processus politique et sur l’absence de solution militaire au conflit. Ils ont rappelé à toutes les parties du Sud-Soudan que la mise en œuvre du cessez-le-feu est essentielle au succès d’un véritable processus politique inclusif, et que ce processus devrait être fondé sur le cadre fourni par l’Accord sur le règlement du conflit dans la République du Soudan du Soudan.

Les quinze ont réitéré leur appel à toutes les parties prenantes pour qu’elles s’engagent à mettre pleinement en œuvre l’Accord.

À cet égard, ils se sont félicités de l’engagement continu et collectif de l’Union africaine (UA), de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans la recherche d’une paix durable, de la sécurité et de la stabilité Sur le Soudan du Sud à Addis-Abeba le 29 janvier 2017. Les membres du Conseil de sécurité se sont engagés à travailler en étroite collaboration avec l’IGAD, le Haut Représentant de l’UA pour le Sud-Soudan, ancien Président Alpha Oumar Konare, Festus Mogae et le Secrétaire général de l’ONU à l’appui du processus de paix au Sud-Soudan.

Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités de la ténacité de la Mission des Nations Unies pour le Soudan du Sud (MINUSS)  face à son mandat de protection des civils et se sont déclarés vivement préoccupés par le fait  que le Gouvernement de transition de l’Unité nationale  continue de faire des obstacles  à la protection des civils et  la fourniture de l’aide humanitaire.

Ils ont rappelé au Gouvernement de transition de l’Unité nationale son engagement dans le Communiqué conjoint du 4 septembre 2016 qui permet la libre circulation de la MINUSS et ont exprimé leur profonde déception que le Gouvernement d’unité nationale de transition continue d’agir de manière incompatible avec cet engagement ainsi que ses obligations en vertu de l’Accord sur le statut des forces avec les Nations Unies.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré que la prise pour cible de civils peut constituer des crimes de guerre et que les personnes impliquées pourraient être sanctionnées par la résolution 2206 (2015) pour des actions menaçant la paix, la sécurité ou la stabilité du Sud-Soudan.

 

(Mise en perspective : Crisitna Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...