RDC: l'UNICEF appelle les miliciens à arrêter d'utiliser les enfants

Écouter /

Exhibition des écoliers contre le recrutement des enfants par des groupes armés en RDC le 24/10/2016 à Kinshasa lors de célébration de la Journée des Nations Unies. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) tire la sonnette d'alarme face à l'utilisation des enfants par des milices dans les provinces des Kasaï, Kasaï-Central, Kasaï-Oriental et du Tanganyika. L'agence onusienne redoute des «conséquences dramatiques» de ce phénomène sur les enfants, dans son rapport publié mardi 21 février, en marge du 10e anniversaire des «Principes et Engagements de Paris».

A cette occasion, le chef de la communication de l'UNICEF en RDC, Yves Willmot, a lancé ce message aux miliciens congolais:

«Nous demandons aux milices, qui aujourd'hui utilisent les enfants, d'arrêter cette pratique. C'est une pratique qui nous préoccupe beaucoup; dans la mesure où elle a des conséquences dramatiques sur l'intégrité physique et psychologique des enfants. Elle met aussi en péril [leur] droit à la scolarité et à l'éducation».

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance rappelle que cette pratique va à l'encontre des lois nationales et internationales.

«Nous rappelons que c'est quelque chose qui est interdit par la Convention relative aux droits de l'enfant. [Elle] est également inscrite au niveau de la Cour pénale internationale comme [pouvant faire l'objet] des poursuites pour [crimes] contre l'humanité», a précisé Yves Willmot.

S'adressant à l'armée congolaise, il a demandé «à ce qu'il y ait un usage strictement nécessaire et proportionné de la force dans les interactions qu'il y aurait entre les FARDC et les milices».

Par ailleurs, au moins 65 000 enfants ont été libérés de forces ou groupes armés au cours de la dernière décennie à travers le monde, dont 20 000 en RDC. C'est ce qu'indique un rapport de l'UNICEF.

Les Principes et Engagements de Paris aident à protéger les enfants contre leur recrutement et leur utilisation par des groupes ou des forces armées et à faciliter leur libération et leur réintégration, ainsi que celle d'autres enfants vulnérables affectés par les conflits armés dans leurs collectivités. Ils ont été adoptés lors de la Conférence internationale de Paris “Libérer les enfants de la guerre” en février 2007.

(Extrait sonore : Yves Willmot, chef de la communication de l'UNICEF en RDC; propos recueillis par Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...