RCA : le Président Touadera condamne le regain de violence et compte se rendre à Bambari

Écouter /

Le Président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadera, lors de sa conféernce de presse à l’ONU.(Photo archives : ONU/JC McIlwaine)

Le regain de violence en République centrafricaine. Dimanche, cinq organisations dont l'ONU et l'Union africaine ont exprimé leur profonde préoccupation concernant la dégradation de la situation sécuritaire dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute-Kotto. Ce lundi, au micro de notre radio partenaire Guira FM, le Président Faustin Archange Touadera condamne avec fermeté les violences et promet de se rendre prochainement à Bambari.

«Bambary n'est pas en dehors de la RCA. Ce qui se passe à Bambari nous interpelle et nous suivons cela tous les jours. Il n'y a pas de jours où ne suivons ce qui se passe à Bambari », a déclaré le chef de l'État centrafricain au micro de la radio de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Le Président de la Centrafrique a réitéré sa condamnation des violences et a demandé aux groupes armés d'y mettre un terme, rappelant qu'il a invité tout le monde à la table de négociations, des discussions. « J'ai invité tous les groupes armés à venir nous rejoindre dans le cadre du Comité consultatif et de suivi. Là, dans ce processus, tous les problèmes, que cela soit des problèmes politiques, seront traités. Il n'y a pas de raison ».

Soulignant que le pays a organisé avec succès, sur tout le territoire, un long processus électoral, au terme duquel un Président de la République a été élu, Faustin Archange Touadera a jugé injustifié que les groupes armés continuent de semer la violence et la mort parmi le peuple centrafricain. « Aujourd'hui, nous sommes en train de vouloir restructurer nos forces armées, restructurer les forces de défense, de sécurité intérieure, pour que l'autorité de l'État puisse s'exercer sur l'ensemble du territoire. Bambari ne saurait être exclu de cette situation. Aucune partie du territoire ne saura être exclue dans le cadre de ce programme.

Enfin, le Président centrafricain, a déploré que les populations vivent des moments difficiles « à cause de la volonté des va-t-en-guerre des gens qui sont contre la paix. On ne peut pas tout résoudre avec les armes et de toutes façons, dans les prochains jours, nous irons à Bambari », a-t-il conclu.

(Extrait sonore : Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine; propos recueillis par Fridolin Wambobo, Guira-FM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...