Le test balistique de l'Iran critiqué à la Conférence du désarmement

Écouter /

La Conférence sur le désarmement à Genève. Photo: ONU

À Genève, les condamnations du test balistique de l'Iran se sont multipliées, ce mardi, à la Conférence du désarmement.

Face aux critiques, le Représentant de l'Iran a indiqué devant la Conférence du désarmement que l'essai balistique du 29 janvier n'avait pas pour but de provoquer une quelconque déstabilisation de la région.

Nasserreddin Heidari a aussi argué que le test n'était pas une contravention à la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui appelle l'Iran à s'abstenir de toute activité lié aux missiles balistique conçus pour transporter une arme nucléaire.

Nasserreddin Heidari a assuré que l'Iran ne cherche pas à développer des armes nucléaires, et que son pays ne voit d'ailleurs pas dans l'armement nucléaire une source de sécurité. C'est pour cela que l'Iran s'est engagé à honorer ses obligations en matière d'armement nucléaire, a affirmé le représentant.

Son homologue des États-Unis a toutefois jugé que l'essai de l'Iran est une contradiction évidente de la résolution du Conseil de sécurité, arguant que des missiles balistiques conçus pour porter 500 kilogrammes sur une distance d'au moins 300 kilomètres sont par nature capable de transporter des armes nucléaires.

Robert Woods a estimé que l'Iran doit être tenu pour responsable et a appelé les autres États à ne pas fournir à l'Iran l'expertise technique nécessaire pour mener de tels essais.

(Mise en perspective Daniel Johnson. Présentation Isabelle Dupuis)

 

 

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...