Burundi : l'ONU table sur 500.000 réfugiés et veut plus de camps

Écouter /

Des abris dans le camp de réfugiées de Nduta en Tanzanie. (Photo: HCR/ Sebastian Rich)

Les Nations Unies s'attendent à ce que le nombre de Burundais réfugiés dans les pays limitrophes en raison de la situation politique dépasse les 500.000 en 2017. Illustration de ces prévision, le Haut-Commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR) note qu'en Tanzanie par exemple, les humanitaires ont constaté une moyenne de 600 arrivées par jour depuis le début de cette année. Face à cette situation, le HCR plaide pour l'octroi de plus sites pour pouvoir face à un éventuel afflux de réfugiés burundais.

Chaque semaine, des centaines de Burundais continuent à fuir leur pays. Depuis le début des violences liées au processus électoral en 2015, près de 390 000 personnes ont déjà quitté le Burundi. Dans ce lot, la Tanzanie accueille plus de la moitié de l'ensemble des réfugiés burundais fuyant leur pays avec notamment 222.271 réfugiés suivie par le Rwanda (84.866) et la République démocratique du Congo (32.650).

Face à cette situation, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a appelé mardi à Genève les gouvernements des pays limitrophes à attribuer davantage de sites d'accueil pour éviter que les conditions de ces personnes se détériorent. La majorité de ces réfugiés sont des femmes, des enfants et des personnes qui ont besoin d'une assistance particulière. Le HCR demande davantage de maisons, de centres de santé ou encore d'infrastructures. Le manque de sites pourrait notamment provoquer une augmentation des violences sexuelles.

En 2016, le HCR a reçu par ailleurs plus de 96 millions de dollars de son appel de fonds pour le Burundi, soit 53% du montant demandé.

 

(Extrait sonore : William Spindler, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...