António Guterres : « Nous ne devrions pas tenir la paix et la prospérité en Europe pour acquises »

Écouter /


Le secrétaire general, António Guterres (à l’avant-gauche) s’adresse au Conseil de sécurité. A ses côtés se trouve Pavlo Klimkin, ministre ukrainien des affaires étrangères et président du Conseil de sécurité en février (Crédit photo : ONU/Rick Bajornas)

Réuni ce matin au niveau ministériel, le Conseil de sécurité a débattu des conflits en Europe. Les Quinze ont entendu l'intervention liminaire du Secrétaire général des Nations Unies. António Guterres

a rappelé que les deux conflits mondiaux déclenchés en Europe ont joué un rôle fondateur dans la création de l'ONU et du Conseil de sécurité. Il a aussi adressé une mise en garde. « Nous ne devrions pas tenir la paix et la prospérité en Europe pour acquises », a-t-il déclaré.

Listant tour à tour les crises et points de frictions dans les Balkans, à Chypre, en Géorgie, au Moldava, en Ukraine et au Haut-Karabakah, le chef de l'ONU a exhorté les parties prenantes à éviter toute mesure unilatérale ou tout fait accompli, particulièrement en Ukraine et dans le Caucase du Sud, susceptibles d'exacerber la situation.

Auparavant, António Guterres avait invité la communauté internationale à s'inspirer des institutions créées à l'échelle européenne. Il a rappelé que les dirigeants européens ont établi un dispositif collectif de paix et de sécurité sophistiqué et se sont employés à promouvoir l'ensemble des droits de l'homme, aussi bien civils et politiques que sociaux, économiques et culturels.

Soulignant que beaucoup de sociétés européennes sont multiculturelles, multiconfessionnelles et multiethniques, il a noté avec satisfaction que les pays et collectivités qui ont investi sur les plans politique et économique dans la cohésion et l'inclusion montrent que la diversité est source de créativité et d'innovation.

Cependant le Secrétaire général a mis en avant le fait que la transition vers un monde multipolaire multiplie les incertitudes et les risques. « Nous avons besoin d'institutions multilatérales et d'organisations régionales solides pour maintenir la paix et la stabilité alors que nous affrontons cette nouvelle réalité dangereuse ». Notant qu'à l'heure où de graves conflits perdurent en Europe, de nouveaux problèmes et menaces se font jour, le chef de l'ONU a fait remarquer que le populisme, le nationalisme, la xénophobie et l'extrémisme violent sont à la fois des causes et des répercussions des conflits.

En début de reunion, les États-Membres du Conseil de sécurité et d’autres États, ainsi que le Secrétaire général et celui de l’OSCE, ont rendu hommage à la mémoire de Vitaly Churkin, le Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies, décédé subitement lundi à l’âge de 64 ans.

(Extrait sonore : António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...