RCA : le Conseil de sécurité fait des violences sexuelles un critère de désignation pour le régime de sanction

Écouter /

François Delattre, Représentant permanent de la France, intervenant devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Evan Schneider

Le Conseil de sécurité a adopté ce vendredi à l'unanimité une résolution renouvelant le régime de sanctions imposée à la République centrafricaine.

Principal auteur du texte, le Représentant de la France a expliqué que si la résolution 2339 renouvelle à l'identique le dispositif de mesures concernant l'embargo sur les armes, l'interdiction de voyager et le gel des avoirs, elle apporte aussi de nouveaux éléments, les violences sexuelles étant désormais reconnues comme critère de désignation à part entière.

François Delattre a aussi indiqué que ce texte ambitionne également de renforcer l'application de l'interdiction de voyager, en encourageant les États Membres à travailler davantage avec les compagnies aériennes afin d'identifier les individus soumis à interdiction de voyager, et en demandant également aux autorités de RCA de renforcer leur contrôle sur les passeports centrafricains pour éviter que des passeports expirés ou périmés soient utilisés pour des voyages interdits.

Selon le Représentant de la France, le texte ouvre la possibilité de développer des critères pour envisager une évolution de l'embargo sur les armes, le moment venu et en fonction de l'évolution de la situation sur le terrain.

François Delattre a toutefois estimé qu'au vu de la situation actuelle, et de la profusion d'armes en circulation en RCA, une telle évolution doit être « soigneusement pesée ».

Venu assister au vote, la Représentante de la RCA a d'ailleurs jugé que le renouvellement du régime de sanction est justifié compte tenu de la présence continue d'éléments armés qui menace le processus de paix et de réconciliation dans le pays.

(Extrait sonore : François Delattre, Représentant permanent de la France)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...