Plus de 40% des enfants syriens réfugiés en Turquie n'ont pas accès à l'éducation, selon l'UNICEF

Écouter /

Une petite fille syrienne devant sa tente familiale au camp de réfugiés de Nizip 1, à Gaziantep, dans le sud de la Turquie. (Photo: UNICEF / UN048823 / Ergen)

Malgré une augmentation de plus de 50 pourcent des inscriptions scolaires depuis juin dernier, plus de 40 pourcent des enfants réfugiés syriens d’âge scolaire n'ont toujours pas accès à l'éducation, a déclaré jeudi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

«Pour la première fois depuis le début de la crise syrienne, il y a plus d’enfants syriens en Turquie qui vont à l’école que ceux qui ne vont pas à l’école», a salué Justin Forsyth, Directeur exécutif adjoint de l’UNICEF, à la suite d'une visite des programmes de l’UNICEF dans le sud de la Turquie.

“La Turquie doit être félicitée pour cet énorme succès » a-t-il affirmé, ajoutant cependant qu « à moins d’obtenir davantage de ressources, il existe toujours un risque réel d’une «génération perdue» d’enfants syriens privés des compétences dont ils auront un jour besoin pour reconstruire leur pays ».

Avec 1,2 million d’enfants réfugiés, la Turquie est le premier pays d’accueil des enfants réfugiés dans le monde.

Ensembles le Gouvernement turc et l’UNICEF contribuent à renforcer les systèmes éducatifs, à accroître l’accès à l’éducation et à améliorer la qualité de l’éducation inclusive des enfants vulnérables tant turcs que syriens.

Depuis 2013, l’UNICEF a contribué à la construction, à la rénovation ou au réaménagement de près de 400 écoles. Le Fonds a également formé quelques 20.000 enseignants bénévoles syriens. Aussi, environ 13.000 enseignants reçoivent des incitatifs mensuels.

Des efforts sont également en cours pour inclure les enfants syriens dans un programme national qui accorde des allocations en espèces aux familles vulnérables pour qu’elles envoient et maintiennent leurs enfants inscrits à l’école.

Quelques 2,7 millions d’enfants syriens à travers l'ensemble de la région ne sont pas scolarisés, dont la majorité se trouvent dans le pays déchiré par la guerre, où des millions d’enfants sont en danger alors que le conflit approche la sixième année.

Près de 300.000 enfants sont prisonniers des 15 zones assiégées à travers la Syrie et 2 millions d’autres sont dans des zones qui sont largement coupées de l’aide humanitaire essentielle en raison des combats et des restrictions d’accès. Cela comprend 700.000 enfants dans les zones sous contrôle de l'EIIL.

 

 

(Extrait sonore : Najwa Mekki, porte-parole de l'UNICEF; propos recueillis par Basma Baghall)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...