ONU : premier manuel sur la lutte contre l’extrémisme violent dans les prisons

Écouter /

(Saisie d’image :ONUDC)

Alors que de nombreux pays sont actuellement confrontés aux menaces de l’extrémisme violent, l’Office des Nations Unies pour la lutte contre la drogue et le crime (ONUDC) a récemment publié un nouveau manuel pour combattre ce fléau qui sévit également dans les prisons.

Produit par la section justice de l’ONUDC avec la contribution de 35 praticiens de 25 États membres et de 30 experts des Nations Unies, d’autres organisations internationales, d’instituts de recherche et d’organisations de la société civile, ce document constitue le premier outil d’orientation technique de l’ONU pour traiter la radicalisation de la violence et l’extrémisme violent dans les prisons.

D’une utilité particulière pour le personnel pénitentiaire et les décideurs politiques dans le monde, le manuel fournit des conseils pratiques sur la gestion des prisonniers extrémistes violents, la prévention de la radicalisation de la violence dans les prisons ainsi que sur les interventions destinées à écarter les prisonniers extrémistes violents de la violence et à faciliter leur réinsertion sociale dès leur libération.

Comment gérer les extrémistes violents qui se retrouvent sous la garde de l’État ?

Le Directeur exécutif adjoint de l’ONUDC, Aldo Lale-Demoz, a souligné la nécessité d’intégrer étroitement toute intervention visant les prisonniers extrémistes violents dans les efforts plus vastes de réforme des prisons.

« La surpopulation, les mauvaises conditions et infrastructures des prisons, l’insuffisance des capacités de gestion des prisons et la corruption, par exemple, sont tous des facteurs qui empoisonnent les tentatives pour prévenir et combattre efficacement l’extrémisme violent dans les prisons », a déclaré M. Lale-Demoz à l’occasion de la présentation du manuel.

Le manuel encourage une approche visant à renforcer les composantes clés de la gestion des prisons, y compris dans les domaines de la formation du personnel pénitentiaire, de la gestion des risques et des efforts de réhabilitation. Il met également contre les « solutions miracles » lorsqu’il s’agit de la gestion des prisonniers extrémistes violents.

En outre, pour s’attaquer au nombre croissant de demandes d’assistance technique présentées par des États Membres confrontés à la question de l’extrémisme violent dans les prisons, l’ONUDC renforce son engagement dans ce domaine par le biais du Programme mondial sur la lutte contre l’extrémisme violent dans les prisons.

De manière générale, l’ONUDC souligne que les attaques lancées par des extrémistes violents causent plus que des pertes de vie et des dommages économiques. Elles peuvent semer les graines de la division entre les communautés et donner lieu à des vues de plus en plus réactionnaires et extrémistes dans d’autres parties de la société.

 

 

(Extrait sonore: Piera Barzano, Conseillere principale interregionale, Division Justice ONUDC; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...